L’étoile rebelle de Cathy Cassidy

Publié: septembre 20, 2018 dans Uncategorized

9782092580134

Résumé :

A 14 ans, Mouse vit dans un quartier pauvre où il aime taguer les murs la nuit. Alors qu’il se rend à un rendez-vous avec Dave, son assistant social, il rencontre la jolie Cat, rebelle et mystique, dont il ne peut s’empêcher de tomber amoureux. Ensemble, il recueillent un chien abandonné qu’ils prénomment Lucky. Mais lorsqu’ils comprennent que Lucky appartient à l’un des dealers du quartier, les ennuis arrivent, et avec eux, Mouse découvre que Cat dissimule un secret…

 

Mon avis :

Mouse vit dans une drôle de cité. Celle-ci est truffée de dealers de drogues, qui empoisonnent la vie de tous les résidents.
Le jour où il croise le chemin de Cat, au hasard d’un accident de vélo, il entrevoit une éclaircie dans son univers si sombre. A 14 ans, il est tellement difficile de pouvoir s’imposer face à des adolescents plus vieux qui vous tirent vers le bas…

L’histoire se lit facilement et elle est parfaitement adaptée aux adolescent(e)s. Des sujets sensibles y sont abordés et bien amenés (drogue, milieu défavorisé) Les chapitres défilent rapidement, on a toujours envie de connaître la fin de l’histoire. De plus, il y a beaucoup de retournements de situation, ce qui fait que qu’on ne s’ennuie jamais.

L’écriture est simple et douce. Nous lisons le point de vue d’un garçon de 14 ans, de sorte que le style d’écriture est parfaitement adapté. C’est une belle histoire avec ce qui semble pour la première fois dans la vie de Mouse être une fin heureuse. C’est super mignon ! La romance est légère au lieu d’être vraiment lourde. Une belle morale s’y dégage et c’est ce que j’ai vraiment apprécié dans cette belle histoire d’amour, d’amitié et d’entraide.

Publicités

 

51iyxbu4gwl-_sx195_

 

 

Résumé :

Ce beau livre illustré se déplie pour constituer une frise de huit pages représentant le Soleil, les planètes et différentes lunes de notre Système solaire, ainsi que des vaisseaux en mission dans l’espace. Chaque image détaillée est également reproduite au dos de la frise avec des explications et des données essentielles sur les objets représentés.

 

Mon avis :

Un album original qui se déplie pour montrer une superbe fresque sur les planètes, l’espace, les satellites et bien d’autres choses encore ! Les enfants adoreront ce voyage dans l’espace et seront ravis de découvrir le système solaire ! C’est un livre très bien pour apprendre le nom des planètes et surtout pour pouvoir nous situé face à ça.

Les illustrations sont vraiment magnifiques et très réalistes. Un premier livre scientifique pour intéresser les jeunes enfants à l’espace. Le livre ouvert constitue une jolie frise illustrée.  Ce livre éducatif fera un beau cadeau.

 

 

 

51ftkr1m82l-_sx195_

Résumé :

Une prison, c’est un endroit où la société rejette les gens pour les punir. Un endroit où le soleil n’entre pas.

Mais une prison, ça peut aussi être un endroit où vit sa mère. Une mère comme toutes les autres, qui gronde quand il faut, vous montre vos boutons comme si on ne les avait pas déjà vus.

Et pas seulement sa mère, mais aussi, sa tante et sa grand-mère !

C’est le cas de Zoé, quatorze ans, issue de cette famille de braqueuses de bijouteries, qui grandit dans ce contexte loufoque, auprès de personnalités hautes en couleurs, persuadée d’avoir à se montrer à la hauteur d’une telle hérédité.

Mon avis :

Dès que l’on apprend que déjà 3 générations de femmes de la famille ont, ou ont eu, des démêlés avec la justice, on comprend aisément que notre héroïne Zoé va osciller entre deux choix de vie. Soit elle entre dans la « tradition » familiale pour en être une digne descendante, un membre du clan, ou à l’inverse, elle casse ce qui semble être une évidence, un destin écrit. La question est encore plus pressante quand l’illégal se conçoit au nom de la justice envers les plus démunis ou les animaux en captivité par exemple. L’histoire est dure pour cette jeune fille doublement partagée entre deux mondes : celui des femmes emprisonnées et des hommes libres qui structurent la famille, le premier cercle associé au mal et le second au bien.

Je me suis attachée à l’histoire, car elle est réaliste et qu’elle soit triste. Bandiya va essayer de suivre les traces de sa mère, mais elle ne va pas y arriver. Ce point est très touchant, car malgré que sa mère voleuse, la jeune fille fait tout pour qu’elle soit fière d’elle. Cela m’a émue de la voir faire quelque chose de mal pour impressionner sa mère. Je l’ai lu très rapidement car il est assez court, très frais, et se lit facilement. L’écriture est très prenante. Tous les personnages sont détaillés et on ne peut que les adorer ! Pour résumer, j’ai vraiment bien accroché et je ne peux que vous le conseiller

 

61xr3afhktl-_sx396_bo1204203200_

 

Résumé:

5 grandes parties pour apprendre à nommer les fleurs, les fruits, les arbres, les animaux, etc. : Les saisons, La nature et ses paysages, La nature aux quatre coins du monde, Incroyable nature !, La protection de la nature.

Des illustrations  très lisibles pour les tout-petits, et suffisamment riches et humoristiques pour les plus grands.

 

Mon avis :

Un apprentissage important chez les enfants est celui de la nature. Je vous présente aujourd’hui un documentaire illustré sur ce thème. Il s’adresse à des enfants âges de 3 à 6 ans. Cet ouvrage recense un très grand nombre d’illustrations, avec le vocabulaire associé. Ces mots sont classés par univers : le verger, la faune et la flore par continent, le potager… parfait pour aider les enfants à catégoriser les mots qu’ils apprennent en feuilletant le livre !

C’est un livre qui, en plus d’apporter beaucoup d’informations aux enfants, leur donnera sûrement envie de découvrir d’autres livres de ce genre, grâce à une présentation très soignée. C’est un livre qui, en plus d’apporter beaucoup d’informations aux enfants, leur donnera sûrement envie de découvrir d’autres livres de ce genre, grâce à une présentation très soignée.

Insoumises de Javier Cosnava

Publié: septembre 5, 2018 dans Uncategorized

 

51l7qsx0vkl-_sx195_

Résumé :

Ce récit du destin croisé de trois femmes (Fé, Esperanza et Caridad) est constitué de trois chapitres relatant les événements dramatiques majeurs survenus successivement en Espagne et en France, tels que successivement perçus par les trois héroïnes: la révolte des Asturies (1934), la fin de la Guerre civile espagnole (1938) et un raccourci de la défaite, de l’occupation et de la libération de la France (1939- 1945). Les principaux faits historiques sont fidèlement retracés, y compris pour des événements ponctuels souvent méconnus.
Mais au delà de cette dimension historique, reste l’essentiel du récit : l’amitié de ces trois femmes combattant dans la guerre, comme dans leur vie quotidienne… La liberté romanesque exercée dans le prologue et l’épilogue fait aussi intervenir Albert Camus, à deux moments clés de son existence.

 

Mon avis :

Insoumises est le fruit de la collaboration entre Javier Cosnava, écrivain et scénariste espagnol, et le dessinateur Rubén, connu dans nos contrées pour avoir travaillé à une adaptation en bande dessinée des Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas.

L’histoire de trois femmes « Insoumises » qui se rencontrent pendant la révolution des Asturies, en Espagne, en 1934 et que l’on va suivre jusqu’en mai 68 en France. On y rencontre trois femmes, lors de trois événements dramatiques majeurs du XXe siècle, à travers trois chapitres qui sont chacun consacré à l’un de ces personnages.

On y voit trois jeunes femmes se battre pour leur liberté, leurs idéaux et les droits des femmes. Elles se battent comme des hommes, avec et contre des hommes mais à aucun moment elles n’oublient qu’elles sont des femmes et en sont fières. Elles traversent des moments terribles du Xx ème siècle (guerre d’Espagne, Seconde guerre mondiale) avec courage et obstination.

J’ai beaucoup aimé le graphisme du noir et blanc et un marron très clair, je trouve que ces trois couleurs vont très bien avec la révolte et la révolution. Les émotions sont bien rendus sur les visages des personnages, il n’y a pas trop de détails ce sont surtout les personnages et leurs émotions qui sont mis en valeur.
Une Bd à lire et à relire pour nous les femmes et un petit peu pour les hommes.

 

9782350671598_1_75

Résumé :

Le chat Pitre adore les livres. Il dévore chaque page et vit dans la peau de tous les personnages. Passionné par la lecture et l’écriture, il crée pour ses amis d’incroyables récits et des jeux de pirates ou d’indien pour la cour de récré. La maîtresse, voulant mettre à profit sa passion et sa fantaisie, lui demande d’écrire et de monter une pièce de théâtre pour la fin de l’année. Réjoui, le chaton passe longues heures assis à son bureau pour peaufiner la plus féérique de toutes les aventures. Tous ses amis, comédiens en herbe, veulent participer et c’est ainsi que les Chaltimbanques sont nés. Après de multiples répétitions, la création des costumes et des décors, vient le soir du spectacle. Mais malgré tout le travail, parfois, on ne peut pas tout prévoir…

 

Mon avis :

Le chat Pitre adore les livres qui stimulent son imagination ! Il aime tellement cela qu’il commence lui-même à écrire des livres mais aussi une jolie passion pour la photo. Il est tellement original que tout le monde l’adore et que la maîtresse lui demande d’écrire une pièce de théâtre pour le spectacle de fin d’année.

Une nouvelle histoire très amusante qui met en scène un chat plein d’imagination qui va livrer un extraordinaire spectacle de fin d’année ! Les graphismes sont très expressifs, pleins de couleurs et dynamiques ! Un beau petit album, 15×20 cm, avec une illustration de couverture réussie !

mes-petites-annonces-droles-poetiques-ou-franchement-limites

Mon avis :

Après le gros succès le dictionnaire de Laurent Baffie, 55 questions que personne ne se pose puis le dictionnaire des noms propres, place aux petites annonces drôles, poétiques ou franchement limites. Dans l’esprit de son dictionnaire, Laurent Baffie joue avec les mots comme personne et livre un hommage très personnel à Pierre Dac.

L’éditeur Kero précise que ce sont « des petites annonces hilarantes, souvent grivoises et parfois poétiques. Dans l’esprit de son dictionnaire, Laurent Baffie joue avec les mots comme personne et livre un hommage très personnel à Pierre Dac. ».

Dans ce nouveau livre, le roi de la vanne à la répartie légendaire nous offre un florilège inédit de jeux de mots. Idéal pour passer un petit moment sans prise de tête!

Exemples :

Chocolat noir désireux de s’intégrer cherche une place dans boîte de chocolats blancs.

Hardeur à la retraite cherche place de saucier dans grand restaurant.

Peuple plongé dans l’obscurantisme cherche despote pour l’éclairer.

 

couv32130845

Présentation de l’éditeur :

Des comptines et des jeux pour partager des moments de complicité. Un recueil de comptines à mettre en scène du bout des doigts grâce à des consignes simples. Cache-toi, petit Pouce ! Voici ma main, Mon index est un malin… Les onglets en tissu permettent à l’enfant de choisir ses premières comptines tout seul. Les jeux de doigts favorisent la mémorisation, la motricité fine et l’expression corporelle.

Mon avis :

Aujourd’hui, j’avais envie de vous parler de ce petit livre qui sort ce mois-ci et que ma petite puce adore. Il s’agit d’un ouvrage tout en carton avec des onglets en tissu qui permettent d’accéder directement aux pages souhaitées.

Sur les différentes pages, on découvre des comptines joyeuses et pétillantes accompagnées de jolies illustrations colorées et d’explications pour reproduire de petits jeux de doigts. Grâce aux onglets, les enfants identifient facilement leurs comptines préférées et sont ravis de pouvoir y accéder sans aide. Les enfants vont adorer répéter les comptines, observer et reproduire les gestes qui vont avec.

Un petit livre ludique et amusant à mettre entre toutes les petites mains ! Les comptines proposées sont amusantes et entraînantes, pleines d’humour et de jolies histoires et les illustrations nous ont beaucoup plu. Une belle découverte.

 

511kurfkb5l-_sx195_

Résumé :

En ce début de 1968, Maud a seize ans, et elle est loin de se douter que sa nouvelle vie a commencé. À la fin de l’année scolaire, le bac l’attend. Si tout va bien. Mais dans les rues, la soif de changement est là. La colère des étudiants explose. Alors que le Quartier latin est à feu et à sang, que les barricades se montent sous les fenêtres, la jeune fille écoute les Beatles, voudrait se coiffer comme la chanteuse Sylvie Vartan, fantasme sur la photo d’un certain Dany le Rouge et rêve de descendre dans la rue…
Paule Du Bouchet se souvient de « son  » mai 68. Un récit autobiographique qui mêle l’intime aux événements et restitue délicieusement le parfum d’une époque et son cri de révolte.

 

Mon avis :

Il y a 50 ans, mai 68… En 1968, Maud, la narratrice, a 16 ans et s’apprête à passer le bac. Arrive alors le joli mois de mai… C’est porté par la belle écriture de Paule du Bouchet que le lecteur vit «de l’intérieur» cette période clé. La naïveté et l’innocence de Maud (pour ne pas dire son ignorance) induisent d’amusantes réflexions, certes, mais surtout permettent des éclairages et des mises au point jamais pédants – qui s’adressent à une jeune fille pratiquant à merveille l’autodérision.

Ceux-ci revendiquent « la réorganisation de la hiérarchie entre professeurs et étudiants » et de manière générale « tous les rapports de domination qui existaient dans la société » : « Les étudiants dénonçaient tous les systèmes hiérarchiques qui donnaient du pouvoir à un homme sur d’autres. Au patron sur les ouvriers, au professeur sur les élèves, au chef de bureau sur les employés, au père sur la mère, au médecin sur le malade. le mouvement de mai était le fer de lance d’une contestation qui devait s’étendre à toute la société. » Ainsi, les ouvriers se joignent bientôt aux manifestations de « libération de la parole » et aux « nuits des barricades ».

Remarquable récit ce livre reconstitue de façon précise et détaillée les risques de Maude, décrit le combat qu’elle va vivre en 68 ,

Paule du Bouchet montre avec finesse les interrogations et les résistances, bien compréhensibles de cette époque. Un livre que je vous conseille !

51dc5n8yjhl-_sx195_

Résumé :

Petit garçon de la toundra, Youko apprend à s’occuper des rennes, à vivre en harmonie avec les animaux sauvages. Il découvre aussi le monde des adultes moqueurs… Les histoires de Youko sont aussi l’un des ultimes témoignages de la vie des derniers nomades du Grand Nord, les éleveurs de rennes youkaghirs de Sibérie. Fils du dernier chamane youkaghir, Gavril Nikolaevitch Kurilov est le plus célèbre poète et écrivain de la Kolyma, au nord-est de la Sibérie. Plus connu sous le nom d’Oulouro Ado, pseudonyme qui signifie « le Fils de la Toundra autour du lac Olérino », il emprunte le nom de son fils pour écrire les histoires de Youko. Aujourd’hui âgé de 80 ans, Oulouro Ado dédie aux enfants du monde entier ses récits, mémoire du mode de vie traditionnel de son peuple. Les chansons de Youko qui rythment les histoires ont été adaptées par Corinne Albaut, connue pour ses 120 albums de comptines. L’ouvrage original a été découvert et traduit par Emilie Maj, ethnologue, spécialiste de la Yakoutie. Il est illustré, comme toute la collection Les Nordiques, par Isabelle Salmon.

 

Mon avis :
Nous découvrons l’histoire d’un jeune youkaghir, Youko. Il va nous faire découvrir son monde par des petites histores plus ou moins drôles et touchantes. Les anecdotes mettent souvent en scène les animaux qui côtoient ces habitants de Sibérie : chiens, rennes bien sûrs, mais aussi grues et moustique ! L’ouvrage nous propose aussi un petit dossier pour partir à la découverte du peuple youkaghir – avec de superbes photos ! — ainsi qu’une interview de l’auteur.

Le public visé est les enfants. De plus, le narrateur est aussi un enfant avec toute la simplicité, les espoirs et la tendresse qui peut le caractériser.
Tout le long du récit, il y a des comptines, mais comme il n’y a pas les airs pour les chantonner, je suis restée un peu sur ma faim.

Le tout est illustré en couleur ! Les dessins sont de très belles qualités et illustrent parfois avec humour les propos de l’auteur. Un livre jeunesse que j’ai adoré !