Archives de mars, 2014

Mon imagier Montessori

Publié: mars 31, 2014 dans Uncategorized

 

 

Présentation :

150 cartes sur 5 thèmes (les animaux de la forêt, les légumes, les fleurs, les oiseaux et les insectes).

Pour les parents: un livret qui présente le matériel et explique comment l’utiliser.

 

Mon avis :

Moi qui aime beaucoup la méthode Montessori, j’ai beaucoup aimé ce livre. Je dois dire que Nathan est l’une des meilleures maisons d’édition en ce qui concerne les ouvrages type Montessori.

Ici, il s’agit d’un imagier de 150 cartes, concernant différents thèmes : les insectes, les fruits, les animaux de la forêt, les fleurs et les oiseaux. Pour chaque thème, on retrouve trois types de carte : avec l’image seule pour les plus petits, avec le nom écrit pour pouvoir l’associer à l’image et avec les deux pour que l’enfant puisse s’auto-corriger.

Les diverses illustrations sont très adaptées aux enfants. J’ai apprécié qu’on glisse dans le coffret un livre proposant plusieurs activités.

 

Un coup de coeur pour cet imagier Montessori !

 

 

 

 

Résumé :

Une enquête d’Augustin Lebeau, adjudant dans l’armée française pendant la Grande Guerre.

Décembre 1914. Le corps d’une jeune femme est retrouvé au fond d’une tranchée, sur le front près de Compiègne. Dans sa main, une Bible et une lettre
en anglais, mais rien qui permette de l’identifier.
Qui était-elle, que faisait-elle là et, surtout, comment est-elle morte ?
Cette inconnue, qui pourrait bien être anglaise, embarrasse l’armée. Depuis la déclaration de guerre, le 3 août 1914, les pouvoirs de police ont été transférés aux autorités militaires, mais la gendarmerie a déjà fort
à faire avec le maintien de l’ordre au sein de l’armée. L’état-major charge alors l’adjudant Augustin Lebeau d’enquêter en toute discrétion. Après tout, il maîtrise la langue de Shakespeare, suivait des études de droit…

 

Mon avis :

L’histoire débute avec le commencement de la première guerre mondiale, dont les personnages principaux ne soupçonnent pas l’existence au début du roman. On redécouvre les affreuses conditions que l’on connaît : propagande, morts, blessés… Les animaux eux aussi subissent les conséquences de la guerre, comme Bouli, un bouledogue qui a perdu son maître qui sera recueilli par un chirurgien.

En parallèle, on suit Augustin Lebeau, enquêteur. C’est un personnage que je n’ai pas particulièrement apprécié, car je l’ai trouvé un peu plat. Il a échappé à la guerre grâce à une blessure à la jambe et enquêter sur la mort d’une jeune fille retrouvée dans une tranchée.

Finalement, ce n’est pas l’enquête qui m’a le plus intéressée, mais plutôt le cadre dans lequel se déroule l’histoire. En effet, il est très important pour moi d’effectuer ce devoir de mémoire, pour que nos futures générations n’oublient pas ce qu’on vécu leurs ancêtres il y a quelques années. Ce livre est un très bon outil pour se souvenir, car les détails historiques sont très bien retranscrits.

 

 

Lâcher prise , Miriam Katin

Publié: mars 25, 2014 dans Uncategorized

 

 

Résumé :

Dans son second et nouvel album, Miriam Katin doit faire face à ses souvenirs douloureux d’enfant de la Shoah. Avec une franchise sincère et beaucoup d’humour, elle raconte sa lutte pour passer outre ses vieilles blessures et sa haine de tout ce qui est allemand. Tout en plongeant son lecteur dans le processus créatif du livre – qu’il est en train de lire -, elle réalise un travail libérateur pour elle.

 

Mon avis :

Dans cet album, l’auteur nous expose d’émouvants souvenirs. En effet, elle nous raconte comment elle a réagi face à l’annonce de son fils. En effet, il lui a annoncé qu’il allait s’installer à Berlin avec une jeune femme suédoise, mais il lui demande également d’obtenir la nationalité de sa mère. Pour elle qui a vécu la Shoah, c’est impossible, elle en est même très choquée !

Elle comprendra petit à petit que les choses ont évolué et que les Juifs ne vivent plus dans les mêmes conditions.

C’est une histoire très poignante qui m’a beaucoup touchée. En effet,  on parvient très bien à ressentir le traumatisme de cette femme, blessée par la Shoah. J’ai beaucoup apprécié son évolution vers la compréhension et le pardon.

Les illustrations sont très dynamiques et apportent un grand plus à la lecture !

 

 

 

Résumé :

Au XVIIIe siècle, dans le petit village de La Besseyre-Sainte-Marie, en Gévaudan, on a moins peur des loups, que l’on sait traquer depuis longtemps, que du Diable. Seul le père Chastel sait le tenir à distance avec ses potions et ses amulettes. On respecte, on craint cet homme qui détient tant de «secrets». Mais lorsque la région devient la proie d’un animal aussi sanguinaire qu’insaisissable, comme vomi par l’enfer, le sorcier reste impuissant. La perte de ses pouvoirs serait-elle liée au retour de son fils Antoine, cet étrange garçon solitaire et sauvage, échappé des geôles du dey d’Alger ?

Mon avis

De nombreux ouvrages évoquent l’histoire de la bête du Gévaudan. Pourtant, je n’avais jamais lu de livre de ce genre, et j’ai beaucoup aimé ce roman de Catherine Hermary Vieille.

Elle nous plonge très vite dans une ambiance assez sombre et mystérieuse, dans un décor très particulier. En effet, on se retrouve dans une terre éloignée de tout, où seuls quelques petits villages existent. D’ailleurs les villageois craignent tous l’attaque de créatures plus terrifiantes les une que les autres. C’est un endroit qui fait beaucoup penser aux contes. C’est dans ce contexte que l’on va découvrir la bête, ce monstre qui fait tant de morts. Mais il existe encore pire…

J’ai beaucoup aimé l’atmosphère du roman, très pesante et angoissante. Les nombreuses références aux mythes et aux contes sont très intéressantes et permettent d’autant plus d’être plongé dans cet environnement malsain.

Même si le suspense n’est pas forcément très important, l’histoire est très prenante. En effet, l’auteur a su intégré à son récit de nombreux éléments, à la fois réels et fictifs, qui m’ont passionné. On voit que l’auteur a fait un gros travail de documentation.

Enfin, j’ai beaucoup aimé cette sorte de morale délivrée par l’auteur. En effet, elle évoque aussi la folie humaine, jusqu’où peuvent aller les hommes pour arriver à leurs fins.

En bref, c’est un roman très intéressant, remplis de mythes et de légendes, parfois violent, mais passionnant !

 

 

 

Résumé de l’éditeur:

Par une nuit d’été, dans une tour perdue au milieu des montagnes galloises, un vieil homme est arraché de son sommeil par un rêve prémonitoire. Une ancienne prophétie est sur le point de lui être révélée.

Au même moment, de l’autre côté de l’Atlantique, un antiquaire américain se vide de son sang sur le sol de sa boutique après avoir été poignardé. À San Francisco, Mitzi Fallon commence un nouveau travail en tant qu’inspectrice pour le FBI, au Service des crimes historiques, religieux et inexpliqués. Lorsqu’on découvre qu’une précieuse relique celte a été dérobée à l’antiquaire assassiné, Mitzi se retrouve impliquée malgré elle dans un mystère qui concerne autant le gouvernement américain actuel qu’un homme jadis relégué au rang de mythe : le roi Arthur. La légende du roi Arthur est sur le point de prendre vie.

 

Mon avis:

En lisant le résumé, tous les éléments évoqués présageaient un très bon thriller. En effet, on nous promettait des prémonitions concernant un « cycle de violence », des meurtres dont l’arme est une relique datant de la légende arthurienne… Malheureusement, ce livre n’a pas été à la hauteur de mes  espérances.

J’ai en effet trouvé que le roman n’était pas abouti, que parfois, les explications de l’auteur n’étaient pas suffisantes pour que le récit soit plus plausible.

Malgré tout, les différents personnages sont agréables, notamment Mitzi, l’enquêtrice chargée de l’affaire de meurtre qui est un personnage fort en caractère !

Ce qui me tentait le plus dans le résumé, c’était le crime en rapport avec la légende arthurienne. Malheureusement, cette dernière est très peu évoquée, ce qui explique en grande partie ma déception ! Dommage, car l ‘enquête était pourtant très intéressante, encore une fois, il me manquait quelques petits éléments !

Cela reste néanmoins une lecture divertissante, mais ne vous attendez pas à un coup de coeur !

 

 

 

Mon avis :

Dans ce livre, l’enfant découvre plus de 200 autocollants qui servent à habiller des petits oursons. Ces autocollants sont décollables et repositionnables afin que l’enfant puisse toujours jouer avec !  A chaque page, les oursons se retrouvent dans des situations différentes, ce qui peut être intéressant pour apprendre de nouveaux mots.
Un très bon ouvrage pour faire travailler la motricité des enfants, pour les exercer aux activités manuelles mais aussi pour les faire réfléchir aux vêtements à porter dans les différentes situations.

 

Tomi fait des crêpes

Publié: mars 7, 2014 dans Uncategorized

 

 

Résumé ; Aujourd’hui, Tomi a invité tous ses amis pour une soirée crêpes. Miam miam, ils vont se régaler ! Tomi prépare la pâte, puis il fait sauter les crêpes dans la poêle. C’est amusant, mais attention à ne pas recevoir une crêpe sur la tête !

 

Mon avis :

Dans cette histoire très amusante, les enfants peuvent facilement s’identifier aux personnages. En effet, ces derniers sont attachants et vivent des situations qui peuvent rappeler aux enfants ce qu’ils vivent au quotidien.

L’histoire, tout en étant intéressante, reste très simple et donc facile à comprendre. De plus, les textes proposés sont courts, ce qui permet de garder un certain rythme dans la lecture, et ainsi de garder l’enfant concentré.

Parfait pour les petits qui veulent qu’on leur raconte des histoires ou même feuilleter des livres, comme des grands !

Résumé :

« Il n’y a pas d’âge pour grandir ? C’est ce que Babou va découvrir en devenant arrière-grand-mère pour la première fois d’une petite Adella, fille de Justino, 18 ans, et de Haydée, 17, poursuivie par la fureur de son père. Puis voilà Babou frappée par un deuil douloureux. Et enfin, elle vole au secours d’un jeune garçon victime de maltraitance psychologique, l’une des plus cruelles. Que d’émotions, de larmes, mais aussi de rires avant que, le calme revenu dans la famille, elle puisse réaliser son rêve : se remettre à la peinture ! »

*Mon avis

J’ai eu beaucoup de mal à lire ce livre…

Tout d’abord, je ne me suis pas attachée aux personnages. Je pense que c’est du à l’écriture de l’auteur, que j’ai trouvé un peu « légère ». En effet, la narratrice est une grand-mère, et on a pourtant l’impression d’avoir affaire à une adolescente !

Je me suis également perdu dans cet généalogie, et l’arbre présent au début ne m’a pas plus aidé que ça…

J’ai déjà lu plusieurs romans de Janine Boissard que j’avais beaucoup aimé, mais celui ci m’a déçu. Peut être est-ce du au fait que je n’ai pas lu les premiers opus ?

Mon avis :  La collection « Où est mon … ? » est une série de livre destinés aux tout petits. Ici, i ls’agit d’un livre spécial Nël où les enfants doivent compléter les pages avec des autocollants (80 au total !). Ainsi, ils prennent plaisir à reconstituer le sapin, le père Noël… Ils peuvent aussi compléter une phrase sur chaque page.

Les illustrations sont simples mais très colorées et attirent facilement les enfants.

Bien que simple, le concept est super et en plus de distraire les petits, il leur fait travailler les activités manuelles !