Archives de juin, 2015

Résumé de l’éditeur :
Bené a 8 ans et demi. En échec scolaire, il ne sait pas lire, et s’est fait renvoyer de plusieurs établissements à cause de son comportement violent. Il rencontre une institutrice qui réussit à lui apprendre à lire et l’aide à s’ouvrir aux autres. Jusqu’à ce que le rôle de mère de substitution soit trop lourd à endosser pour l’enseignante.

Pour son premier album publié, Raphaël Geffray frappe fort ! Son récit fort et poignant est d’une grande justesse, sans jamais porter de jugement ni attirer le lecteur dans une voie plutôt qu’une autre. Et c’est cela sa grande force. Se fondant sur une histoire vraie, il dépeint le portrait d’un petit garçon à la marge, dont la réputation le précède parce qu’il a déjà été renvoyé de plusieurs établissements scolaires. Que faire de ses enfants perdus, fragiles psychologiquement, en refus d’autorité, dans un mal être très fort ? Pourtant, ils demandent de l’aide, étant seuls dans leur petite vie. Ici, la mère n’occupe pas son vrai rôle, sa position est à l’opposé de ce que l’on attendrait d’elle : mère-copine, toujours sur son smartphone ou sur internet, dur lorsque cela ne s’impose pas et trop gentille lorsqu’il faudrait être sévère.

Mon avis :

J’ai beaucoup aimé cet album, et je pense que c’est en grande partie grâce au thème : l’école. En effet, pour moi qui souhaite devenir professeur des écoles, il n’y a pas meilleur thème (ou presque !). J’ai trouvé l’histoire de ces deux personnages (Béné, un enfant assez agité et Valentine, jeune professeur des écoles) très touchante. En effet, Valentine va tenter de redonner confiance à cet enfant qui ne cesse de se rabaisser. Cette histoire montre un aspect important de l’enseignement, auquel on ne pense pas assez à mon avis : le fait qu’en plus de donner des connaissances aux élèves, les professeurs sont aussi là pour éduquer les enfants, les aider à s’émanciper dans la société.

La qualité des illustrations m’a vraiment bluffé. C’est très très bien réalisé et on prend plaisir à tourner les pages pour découvrir les dessins suivants.

Un très beau récit que je vous recommande !

Publicités

Présentation :

32 dessins à colorier en fonction de 3 codes couleur au choix :

– les points de couleurs

– les chiffres

– les lettres

De jolies illustrations sur des thèmes variés : animaux, nature, jeux, paysages, dinosaures, pompiers, mandalas…

Un nombre de couleurs adapté à la tranche d’âge.

Des zones mises en couleur pour aider l’enfant à se repérer et des consignes claires et faciles.

Mon avis :

Pour les enfants qui aiment le coloriage, ce cahier leur permettra de varier un peu les plaisirs. En effet, ils devront respecter le code couleur, présenté de façon agréable puisqu’il s’agit de chiffres, de lettres… Ils prendront sans aucun doute beaucoup de plaisir à colorier les différentes pages pour découvrir quel dessin se cache derrière les codes. De plus, ils apprécieront le fait de pouvoir faire comme les grands, dans cette période ou le coloriage pour adulte est très présent !

Résumé :

Professeur d’anglais dans un collège du nord de la France, Stéphane Furina a décidé de raconter son quotidien d’enseignant. A l’aide d’anecdotes souvent drôles et de situations vécues, il retrace l’histoire du petit Victor, élève souffre-douleur, et de son alter-ego, le grand Victor, jeune prof critique à l’égard du système et de ses collègues. Charge humoristique contre les « mauvais profs », Pires que les élèves dénonce les abus commis au nom du corporatisme par certains enseignants qui abusent de leur pouvoir en toute impunité.

Mon avis :

Ce livre fait beaucoup parler de lui, et pour cause : c’est un prof qui parle des autres profs, et on a rarement vu ça ! On a tendance à ne jamais rejeter al faute sur les enseignants, jamais on n’aurait pensé qu’il y ait pu avoir de « mauvais » profs. Et pourtant… L’auteur n’hésite pas à dire la vérité, toute la vérité sur son quotidien. Il décrit ses collègues sans aucun tabou. Il nous décrit les conseils de classes, les remarques en salle des profs… Il désacralise le métier d’enseignant. C’est osé, et pourtant, tellement vrai ! A découvrir sans hésitation !

Résumé : Ce livre est LE guide pour toutes les femmes imparfaites (c’est-à-dire grosso-modo pour toutes les femmes*). Vous y apprendrez notamment comment garder votre dignité quand vous êtes complètement bourrée, qui sont ces filles qui ne mangent qu’une salade par jour, les questions qu’il ne faut pas poser à un homme si vous ne voulez pas entendre la réponse, ou ce qu’il faut faire de toute urgence si votre mec veut s’acheter des Crocs.

* Il peut également être lu par les hommes qui n’ont pas peur de découvrir ce que les filles se racontent entre elles dès qu’ils ont le dos tourné…

Mon avis : J’avais tellement aimé le tome 1 de « La femme parfaite une connasse » que j’avais vraiment hâte de découvrir ce second tome. Comme toujours, c’est bourré d’humour, de situations toutes plus vraies les unes que les autres, et une fois de plus, on prend beaucoup de plaisir à lire ce livre. Je crois d’ailleurs que tous les éléments sont réunis pour plaire à un plus grand nombre. Malheureusement, je trouve que ce deuxième tome ressemble un peu trop au premier. J’aurais aimé y trouver davantage de nouveauté, j’avais en effet l’impression de relire le tome 1. Néanmoins, j’ai passé un très bon moment, et la preuve : je l’ai lu d’une seule traite ! Je vous conseille de le lire, au moins pour découvrir l’humour cinglant des deux auteurs !

Résumé :

Dans un milieu scolaire de plus en plus hostile, l?auteur donne, avec beaucoup d?humour, des conseils aux professeurs, parents et enfants pour étudier correctement.Loin d?adopter une posture victimaire, Daniel Arnaud détourne la forme du guide de survie pour décrire par quels moyens il a su se faire entendre et respecter des adolescents à qui il enseigne chaque jour.Ne jamais fermer les yeux, résister à la surenchère répressive, respecter une échelle de sanctions, se rendre accessible? autant de règles et de mises en garde que l?auteur adresse à ses collègues et aux parents en se fondant sur son expérience et sur de nombreux entretiens qu?il a menés.

Mon avis :

Moi qui souhaite devenir enseignant, j’ai beaucoup apprécié cet ouvrage. D’ailleurs, je le conseille à tout personnel de l’Education nationale, chacun s’y reconnaîtra forcément d’une manière ou d’une autre. En effet, beaucoup de thèmes sont évoqués, des problèmes sont soulevés… L’auteur présente le métier d’enseignant avec beaucoup de justesse, sans pour autant se lamenter !

Un livre qui fait sourire mais aussi se rendre compte de bien des choses…

Présentation de l’éditeur : Avec Saint-Sernin, basilique sépulture des comtes de Toulouse et joyau mondial de l’art roman, et la cathédrale Saint-Étienne, éclectique jusque dans le mélange de ses styles architecturaux, bien des villes auraient estimé tenir là les atouts évidents de leur patrimoine religieux. Mais à Toulouse, l’Église a marqué, depuis plus d’un millénaire, l’urbanisme de la ville. Des chapelles oubliées du centre urbain, des plafonds baroques à la décoration foisonnante, des églises transformées en salle de concert aux paroisses modernes de la ceinture de la ville, des cloîtres devenus cours de récréation aux silences immobiles des sœurs clarisses dans leur couvent, partez à la découverte lumineuse de ces lieux sacrés. Arnaud Späni et Jean-Claude Jaffé ont choisi d’explorer et de nous montrer l’ensemble de ce patrimoine religieux, qu’ils nous révèlent ici pour la première fois.

Mon avis :

Toulouse est une ville que je connais bien évidemment de nom, mais je n’y suis jamais allé. J’ai donc pris beaucoup de plaisir à voyager, à travers ces photos au coeur de la ville rose. J’y ai découvert tout un tas de monuments dont je ne soupçonnais même pas l’existence. Les photos sont magnifiques, très bien prises et m’ont souvent émerveillé.  Ce sont surtout des édifices religieux qui nous sont ici présentés. Chacun d’eux révèle une architecture particulière. Je pense que ce livre fera découvrir, même aux habitants de la ville, des monuments bien gardés et tous plus intéressants les uns que les autres !

Résumé :

4 circuits à assembler et un petit bus à remonter.

Remonte le jouet et suis-le dans son parcours à travers Londres. Les quatre circuits séparés peuvent être assemblés pour faire une longue route qui sillonne les rues londoniennes.

Mon avis :

Grâce à cet ouvrage, les enfants pourront visiter Londres de façon très amusante. L’ouvrage contient un petit bus londonien que l’enfant peut faire circuler sur les différents circuits proposés, à la découverte de Londres. Il y a également la possibilité de détacher certaines parties du livres pour réaliser un grand circuit. Tous les lieux importants de la ville sont présentés de façon très ludique. Le livre est facilement transportable, ainsi, il peut occuper les petits à tout moment ! Le seul petit défaut que j’ai remarqué, c’est que les noms des monuments ne sont pas donnés, attention donc à ne pas dire de bêtises en présentant les différents endroits de Londres à nos chers petits !