Archives de mars, 2017

habille-2bla2bpremi25c325a8re2bet2bla2bseconde2bguerre2bmondiale

Résumé :

Suis le cours de l’histoire de la Première et de la Seconde Guerre mondiale et pars à la rencontre des personnages qui y ont participé.

Des maréchaux, ambulanciers et soldats dans les tranchées aux commandants de sous-marins, tireurs d’élite et agents secrets, sers-toi des autocollants du livre pour les préparer tous à l’action.
 

Mon Avis :

L’âme d’enfant qui est en moi a pris grand plaisir à habiller ses petits personnages. Chaque page explique la période et la manière de s’habiller des soldats.

On y découvre les différents métiers durant les deux grandes guerres ainsi que leur habillement. Cela permet d’expliquer au tout petit, l’histoire de la guerre. On leur montre les difficultés durant l’époque.
Bref, un livre qui offre une bonne distraction et qui ravira les petits et pourquoi pas les grands. Éducatif et amusant !

Publicités

41hkos3khrl-_sx301_bo1204203200_

Résumé :

Tombé dans notre monde une nuit d’orage, un homme emprunte le nom de Joshua Perle. Commence alors pour lui une vie fugitive, une quête mystérieuse. Mais ceux qui l’ont banni et le traquent le laisseront-ils trouver le chemin du retour ? Perle a-t-il raison de penser que la fille qu’il aime l’attend toujours là-bas ?

 

Mon avis :

Le prince Ilian condamné à l’exil dans son monde féérique, se retrouve dans notre monde réel, perdu et bouleversé d’avoir laissé derrière lui Olia sa bien aimée.
Comment défaire le sort pour le ramener chez lui? Cette quête ne le quittera jamais et malgré le bonheur qu’il trouvera auprès des époux Perle, il lui faudra garder son chagrin vivant pour conserver en lui son désir de partir.
Ce roman jeunesse mêle habilement fantastique et aventures grâce à des retours en arrière qui permettent au lecteur de découvrir peu à peu l’histoire de cet homme et les événements qui l’ont conduit à être exilé.

Les personnages sont attachants, fragiles et émouvants. Plusieurs destins se croisent, sous fond de guerre mondiale, de traque des Juifs, sans pour cela que l’auteur s’attarde sur ces évènements douloureux. Cela donne au roman une ambiance agréable, légère, malgré la détresse des deux amoureux.

L’écriture de cet auteur est juste magnifique, très poétique. Dès les premiers mots nous sentons que nous allons rentrer dans une histoire magique. Une lecture jeunesse qui peut intéresser tout public, à mon avis.

41lzhwqfpil-_sx195_

Résumé :

« Il va falloir parler de Lee, à présent. Statue fragile, rebelle infatigable, amazone aux boucles dorées, joyeuse et sur le précipice de la dépression, nuque distinguée et bouche de charretière, sensualité animale et grâce royale, la plus européenne des Américaines. » Muse des surréalistes, mannequin, photographe de mode puis de guerre, Lee Miller est l’incarnation de la femme libre du XXème siècle. Mais elle représente certainement plus encore pour Élisabeth M., véritable héroïne du livre, retrouvée à demi nue et profondément endormie sur un banc en plein cœur de Paris. Qu’est-il arrivé à cette sculptrice subjuguée par son sujet, comme entraînée dans une quête frénétique de beauté qui l’a laissée aux portes de la folie ? Un roman sur la création et l’obsession, explorant les formes multiples de ce qu’est la maternité à travers un jeu de miroirs tour à tour intrigant et bouleversant.

 

Mon avis :

Voici un roman surprenant ! Je m’attendais à une biographie romancée de Lee Miller, c’est bien plus que cela!

Jessica L.Nelson déroule le parcours de son héroïne Elisabeth M., sa famille, sa reconversion de danseuse en sculptrice. Elle remonte son passé jusqu’à son mariage et son installation à Paris. Dans «  sa nacelle de femme mariée » elle se sent muselée. Son mari devient «  mortellement ennuyeux », leur fils Ulysse est confié à Célestine.

Les interventions de l’auteure, de l’éditrice, et de petits indices sèment le trouble, un prénom identique, une date, et l’on ne sait plus si l’on parle de l’une ou de l’autre tant les parallèles deviennent nombreux. Je ne vous révèle rien d’autres !

Les réflexions sur la création, sur les difficultés pour une femme artiste à concilier vie professionnelle et familiale se retrouvent dans le parcours des trois héroïnes, la photographe, la sculptrice ou l’auteure.

Et puis, tout bascule. Et c’est la maternité qui prend le pas sur la création. La grossesse plutôt. Délicate. Tragique.
Un chapitre particulièrement touchant nous projette tout à coup dans un autre livre, avant un dernier rebondissement qui laisse songeur. Reste le dénouement, qui amène à repenser le récit tout entier.

Roman coup de coeur pour ma part, riche en rebondissement.

product_9782070604241_244x0

Résumé :

Depuis que sa mère a commencé son traitement, Conor, treize ans, redoute la nuit et ses cauchemars. A minuit sept, un monstre vient le voir, qui a l’apparence d’un if gigantesque, quelque chose de très ancien et de sauvage. Mais pour Conor, le vrai cauchemar recommence chaque jour: sa mère lutte en vain contre un cancer, son père est devenu un étranger, et il est harcelé à l’école. Au fil des visites du monstre, l’adolescent comprend que son vrai démon est la vérité, une vérité qui se cache au plus profond de lui, terrifiante.

Mon avis :

Énorme coup de coeur pour ce livre qui m’a tour à tour terrifiée et émue. Je ne pensais pas que l’on pouvait faire un livre aussi beau avec un sujet aussi dur.
Conor fait des cauchemars notamment un qui ne sera pas dévoilé au lecteur. Il va faire la connaissance d’un arbre, un if qui va l’aider à traverser une période très difficile.
C’est un récit sur les sentiments, la relation mère-fils et bien plus encore.
Ce roman a été écrit par Patrick Ness. Mais l’idée vient de Siobhan Dowd une grande écrivaine en jeunesse apparemment (que je ne connaissais pas) et qui est morte avant d’avoir pu terminer ce dernier roman). On lui a donc proposé de reprendre ses notes pour créer un roman et il a a accepté. Et enfin Jim Kay l’a illustré de manière brillante.

Un très beau roman, sur le fait de perdre quelqu’un, la culpabilité, la tristesse le deuil. Un bel objet qu’on a envie d’avoir pour pouvoir le feuilleter de temps à autre, sans obligatoirement le relire. Je le conseille.

cvt_endgame-tome-1-lappel_6118

 

Résumé :

ENDGAME EST UNE REALITE. ENDGAME A COMMENCE.

Douze jeunes élus, issus de peuples anciens. L’humanité toute entière descend de leurs lignées, choisies il y a des milliers d’années. Ils sont héritiers de la Terre. Pour la sauver, ils doivent se battre et résoudre la Grande Enigme. Si aucun n’y parvient, nous sommes tous perdus.

Ils ne possèdent pas de pouvoirs magiques, ils ne sont pas immortels, mais ils sont entraînés !

Traîtrise, courage, amitié, chacun suivra son chemin, selon sa personnalité, ses intuitions et ses traditions…

Cependant, il n’y aura qu’un seul vainqueur.

Ce qui sera, sera …

Mon avis :

Avec Endgame, nous voici plongés dans une énième trilogie dystopique young adult du genre comme Hunger game ou Labyrinthe. Malgré cela j’ai vraiment beaucoup apprécié ce premier tome, d’autant plus que je suis fan de « Battle Royale ».

Bon le concept de base n’est pas très novateur, des adolescents hors du commun se retrouvent à devoir s’entre-tuer pour sauver le monde… enfin leur monde puisque le gagnant sauve la lignée à laquelle il appartient, et uniquement elle. Enfin en tout cas c’est ce que nous disent les règles. Mais à la lecture du roman, on se rend compte que c’est peut-être finalement plus compliqué que cela.
James Frey, l’auteur, inclut de nombreux liens nous renvoyant vers des vidéos, vers « google maps » ou encore des sites internet divers et variés, plus ou moins sérieux comme celui de la NASA.

J’ai trouvé cela génial et surtout ça m’a permis d’apprendre de nombreuses choses sur les anciennes civilisations mais aussi sur les sites mystérieux existants sur Terre. Bref, tout cela m’a beaucoup amusée.
Au-delà de cet arrière-plan, chaque personnage représentant une lignée, on se retrouve face à un bouillon de cultures, littéralement, ainsi qu’à des caractères bien différents les uns des autres : certains sont contents d’avoir été choisis, d’autres se demandent pourquoi ça leur ai tombé dessus. Au final on a tout un lot de personnages hauts en couleurs, même si certains sont encore un peu en retrait, ce qui laisse présager qu’ils auront peut-être un rôle plus important dans les prochains tomes.

Les chapitres sont hyper courts, d’où une forte additivité. Une fois rentré dans le livre, on ne le lâche plus jusqu’à la fin. Le style de l’auteur est agréable et entrainant et il y a de nombreux rebondissements.
En bref, vous l’aurez compris, pour moi ce roman est un coup de cœur, je me suis régalé du début à la fin, et je pense me jeté sur la suite dans peu de temps, en espérant qu’elle sera à la hauteur de ce premier tome !

51z7dhlz0ul-_sx195_

 

Résumé :

Printemps 1900.

Séparés à leur naissance, des jumeaux, Nathan et Samantha, fêtent leur vingtième anniversaire dans des comtés éloignés de l’État du Texas, sans se connaître ni soupçonner l’existence de l’autre…

À la ferme de Barrows, Nathan reçoit une visite inattendue qui va bouleverser son existence. Trevor Waverling, un titan des premières heures du forage pétrolier, vient lui proposer un pacte des plus étranges…

À Fort Worth, à trois jours de chevauchée au sud, Samantha décide que son destin se trouve sur les terres de Las Tres Lomas, le Ranch des trois collines, l’un des plus grands du Texas. La jeune fille entend aider son père adoptif à réaliser son rêve : devenir un titan de l’élevage texan.

Mais malgré les secrets bien gardés, les routes de Nathan et Samantha sont appelées à se croiser… La vie réunira-t-elle les jumeaux séparés ?

Mon avis :

Dans « le Ranch des trois collines », nous allons faire la connaissance de deux jumeaux séparés à la naissance : Nathan et Samantha.

Le garçon a eu la chance d’être gardé par ses parents de naissance qui sont fermiers. Alors qu’il compte reprendre l’entreprise familiale, ses plans sont réduits à néant lorsqu’il reçoit la visite d’un mystérieux homme : Trevor Waverling. Celui-ci se dit être son père biologique et espère qu’il acceptera de tout quitter et de le suivre pour devenir l’héritier de son entreprise.

Samantha est une jeune fille très intelligente et très attentive aux autres, elle est généreuse et touchante. J’ai aussi beaucoup aimé Nathan qui lui ressemble par certains points.

J’ai été totalement transportée par tous les personnages de ce roman. En effet, on suit alternativement chacun d’entre eux, des jumeaux à leurs parents en passant par certains personnages secondaires. Cela nous permet d’acquérir une connaissance très poussée de chacune des figures du récit et de mieux comprendre les enjeux, les pensées, et les actes de chacun. Je pense que je les ai absolument tous adorés et c’est surement ce qui m’a fait autant m’attacher à ce livre.  A l’inverse, j’ai détesté Milicent si froide, distante, hautaine.  Malgré quelques passages parfois un peu longs, le ranch des trois collines est un roman riche en émotions sur l’abandon, la découverte de soi et de ses origines, au milieu d’une époque de progrès impressionnants au coeur des grandes étendues Texanes.

A lire !

 

9782266258845

 

Résumé :

Un événement ! Le premier livre de Lena Dunham, la géniale créatrice de la série Girls. Une sorte de guide de survie à l’usage des filles/femmes d’aujourd’hui, désopilant, profond, engagé, porté par la voix de celle que les médias surnomment « la fille de Woody Allen et Susan Sontag ».

On peut n’avoir même pas trente ans, avoir créé une série culte, avoir déjà été qualifiée pêle-mêle de « voix d’une génération » et de « fille naturelle de Susan Sontag et de Woody Allen », figurer dans la liste du Times des 100 personnes les plus influentes du monde, avoir vu Joyce Carol Oates chanter vos louanges, avoir décroché un contrat faramineux avec une des plus grandes maisons d’édition américaines, et pourtant être percluse de tocs, de complexes et d’angoisses existentielles.

Lena Dunham, c’est la bonne copine. Celle qui vous raconte par le menu ses plans drague foireux, ses accidents sexuels, ses premiers boulots minables. Mais Lena Dunham, c’est aussi la philosophe néoféministe qui nous explique qu’il vaut mieux pour notre santé mentale bannir à jamais le mot régime de notre vocabulaire, que dans la vie, il y a les hommes et il y a les connards, que New York est la plus belle ville du monde et qu’à la fin, puisqu’il n’y a rien, autant rigoler.

Mon avis

J’ai découvert Lena Dunham au travers de la série Girls Le génie de sa créatrice, son franc-parler et son attitude volontairement dévergondée m’ont convaincu que notre société avait besoin de personnalité comme elle. Je partais avec l’idée que si j’appréciais Lena Dunham, j’allais aussi apprécier son écriture et ce qu’elle raconte dans son livre. Et il faut dire aussi que la promesse du livre est palpitante : « Je vous raconte mes erreurs pour que vous évitiez de les faire ».
Contrairement à ce que veut bien nous vendre la couverture, je n’ai pas lu un livre Feel good mais j’ai plutôt eu l’impression de découvrir le journal intime d’une adolescente en crise. Sans surprise, ce qui m’a le plus amusé dans le livre est à chaque fois qu’elle aborde le sujet de son poids : quand elle essaie de s’habiller sexy mais que sur elle, ça ne donne pas vraiment l’effet escompté.
Lena raconte dans son livre un épisode régime pendant lequel chaque jour elle consigne soigneusement toutes les calories engrangées (avec un palier à ne pas dépasser, un peu comme les points chez WW) jusqu’au jour où la frustration est plus forte que sa détermination et motivation et où elle explose les scores, on a comme une impression de déjà-vu. Plus globalement elle a un rapport à la nourriture qui, j’en suis sûre, n’est pas étranger à beaucoup d’entre nous les filles rondes.
Lena Dunham reste pour moi un modèle générationnel : une femme qui a choisi sa vie professionnelle en fonction de ses propres envies non pour suivre les désidératas des uns ou des autres. Une femme affiche ouvertement son originalité, à l’heure où la minceur s’impose plus que jamais comme la norme sociale. La vie est faite de libertés pour elle et se le rappeler est appréciable. Clairement, ce livre n’apporte pas une grande avancée à la cause féminine, le contenu n’a rien de très utile pour aider les lectrices à avancer dans leurs vies mais permettra peut-être à certaines d’oser vivre plus libérées, tout simplement.

Si vous avez envie d’une lecture très fraîche, féministe et sans aucun détour, Not that kind of girl est fait pour vous. C’est l’occasion de découvrir un peu plus l’univers de Lena, c’est un plongeon dans tout ce qui fait mon bonheur dans la série Girls

eyfwmkd5efw3mzixxnakp3gabhe301x450

 

 

Résumé :

Cracra, Choupette, Plop et Lou, nos 4 poussins, sont sur une nouvelle affaire. Une mystérieuse bête se cache dans une mystérieuse boîte au fond du jardin :

  1. elle ne ressemble pas à un poussin
  2. elle ne sort jamais de la boîte

Conclusion : cet individu ne serait-il pas… dangereux ?? Et voilà que la bête disparaît ! N’écoutant que son courage, la Brigade des Poussins se lance dans le jardin à sa recherche, prête à braver la nature sauvage…

Mon avis :

J’ai découvert cette série l’été dernier. J’ai tout de suite été intriguée par ses couvertures rigolotes, ses histoires se passant dans un poulailler et ses poussins qui s’improvisent détectives… Ce sont des lectures qui savent à la fois surprendre, distraire et enthousiasmer.

Une nouvelle mission pour nos poussins commence. Il y a une mystérieuse boîte au fond du jardin et nos héros se demandent bien ce qu’elle contient… Il y a une bête dedans mais qui est-elle ? Les poussins se lancent sur l’affaire…

Le résultat est franchement drôle. Cela constitue une lecture enjouée, sur des livres d’à peine 100 pages, largement illustrés, en noir et blanc. Les expressions des poussins, leur maladresse et leur niaiserie en font des héros à plumes très convaincants !

A découvrir sans attendre !

 

Winter Road de Jeff Lemire

Publié: mars 3, 2017 dans Uncategorized

61xs1gbepcl-_sx195_

 

Résumé :

Pimitamon, petite ville canadienne au nord de l’Ontario. Derek, ancien joueur de hockey sur glace, vit là entre dépression, alcoolisme et bagarres. Sa vie s’est brisée quelques années auparavant quand un brutal incident l’a contraint à arrêter net sa carrière. Pour gagner sa vie, il a repris le restaurant de sa mère, décédée. Il n’attend plus rien des jours qui passent jusqu’à ce que sa sœur lui revienne, fuyant la violence conjugale, la drogue et la vie de misère dans les rues de Toronto. Ensemble, pour échapper à la spirale infernale de l’ennui et de la pauvreté, ils partent vivre en forêt, renouant avec leurs origines indiennes, et se débattant encore contre de farouches démons…

 

Mon avis :

Derek est un ancien joueur de hockey professionnel exclu de la ligue après avoir violement blessé un adversaire. Reparti s’installer dans son village natal en Ontario, Derek travaille dans le restaurant où officiait sa mère avant son décès dans un accident de la route. Il se noie dans l’alcool et la violence. Le jour où sa sœur, accro aux drogues dures, débarque en ville pour fuir un compagnon violent, Derek décide de partir vivre avec elle en forêt, loin du monde et de leurs démons respectifs.
Derek est un personnage très charismatique hanté par son passé. Il est lourd dans ses gestes et dans ses pas. Les deux frère et soeurs qui ne sont pas encore devenus adultes portent en eux une douleur ancienne où plane l’image néfaste du père.

Beaucoup de silences chez ces gens de peu de mots, pas besoin de grands discours pour illustrer des vies aussi étriquées. C’est simple, direct et brutal.
Une histoire qui dérange et bouscule, avec une petite touche de lumière finale qui laisse envisager un futur où l’apaisement pourrait enfin être de mise. Un livre prenant !

61rew2vmcel-_sx195_

 

Résumé :

« Debout Petit Pouce ! On va au cirque ! » Voici une bonne occasion de mimer un éléphant, de jouer de la trompette et de se prendre pour une trapéziste ! Une histoire imaginée par une orthophoniste, convaincue de l’utilité de la lecture et des jeux de doigts !

Mon avis :
Les illustrations composées de papiers découpés et de peinture sont charmantes.
L’objectif de Marie Brignone, orthophoniste, est pleinement atteint : permettre aux enfants de prendre conscience de l’existence et de l’organisation de leur corps.
Les albums de Petit Pouce ne se racontent pas de manière classique, ils sont vivants. Ils se racontent avec la voix et se miment avec les doigts pour le plus grand bonheur des tout-petits ! On joue, on s’amuse, on fait des sons rigolos…

Marie Brignone emmène maintenant son petit personnage dans un lieu fantastique et coloré : le cirque ! C’est l’occasion de partager un moment drôle et joyeux et de s’amuser à mimer un éléphant, un clown ou bien des musiciens.

Un flash code permet de visionner la vidéo de l’histoire racontée et mimée par l’auteur.

Un livre très original et unique !