Archives de mai, 2019

 

renard.pdf

Résumé :

Un jeune renard du Nord décide de quitter sa toundra natale pour aller explorer le monde. Il découvre alors une tout autre nature que celle qu’il connaît, et il est enchanté quand tombe la première neige. Mais lorsqu’un ours lui fait remarquer que son beau manteau fauve est devenu tout blanc, il s’affole. Que se passe-t-il donc ?

 

Mon avis :

C’est l’histoire d’un renard qui décide de quitter sa toundra pour découvrir le monde. Il va alors découvrir la neige pour la première fois. Il adore cela, mais un ours va alors lui faire remarquer qu’il a perdu son beau roux étincelant. Le renard est affolé et se demande ce qui lui arrive. L’ours et le renard vont alors, ensemble, demande conseil aux animaux de la forêt. Va alors commencer le début d’une belle amitié entre l’ours et le renard.

Car ce qui est frappant dans cet album, c’est l’illustration. Que de douceur dans la représentation des personnages et des décors. L’artiste oscille quelque part entre réalisme et crayonnage et nous offre un style qui lui est propre,

Je pense que ce texte conviendra aux enfants dès 4 ans. Il est relativement simple à comprendre, et de bonne longueur. C’est une très jolie histoire pour enfants qui regroupe les thèmes des animaux, de l’hiver, de la nature et de l’amitié. A se procurer !

51br80rwzul._sx195_

Résumé :

La surface de la Terre est devenue inhabitable et les humains ont dû trouver refuge dans les entrailles de la planète. À Janis, capitale du quatrième et dernier niveau souterrain, la survie implique de réparer les corps avec des composants électroniques. C’est là que vit E.V.A. et elle projette de transgresser la loi pour franchir les niveaux qui la séparent du soleil. Au terme de cette aventure périlleuse l’attend une insoutenable vérité… E.V.A. ignore que son escapade fait partie d’un plan dont elle est la pièce maîtresse. Ceux qui ont en main les cartes de son destin ont tout prévu…

 

Mon avis :

Conçue par l’italien Marco Turini, E.V.A plonge le lecteur dans un avenir post-apocalyptique effrayant.

En 3125, la Terre n’est plus qu’une planète hostile à la surface mortelle. Les humains ont dû s’organiser dans ses profondeurs pour survivre. La société se structure en plusieurs niveaux. Selon votre chance, vous vivez plus ou moins bien car plus le niveau est proche du centre de la Terre et pire sont les conditions de vie. Les lois interdisent aux citoyens de monter d’un étage à un autre.  Il faut être modifié pour mieux résister aux catastrophes. En effet, la plupart des habitants sont des cyborgs. Certains sont transformés à 27% d’autres le sont à 35% (et d’autres sans doute plus). Charmante perspective !

Les dessins sont bien réalisés. On y retrouve des armures, des engins futuristes, des combats. Du coup, le fan est gâté. Mais je reconnais qu’il y a de très belles cases, avec des plans et un travail sur les textures assez joli ! On retrouve un style cyber punk, et cela rend plutôt pas mal !

Une belle découverte, je vais plus m’intéresser à Marci Turini.

41kmshmfxll._sx195_

Résumé :

« Je n’ai pas du tout la prétention de faire un livre pratique pour vous apprendre à être heureux.

Je vous propose un livre poétique, pour faire sourire, pour faire rire, pour se dire “ah oui tiens, c’est vrai, j’avais oublié tout ça, comme c’était chouette”. J’aime glaner des petits moments. Mettre de côté dans un coin de ma tête des petits plaisirs, des petits bonbons de bonne humeur ou de joie simple qui me permettent d’avancer et de positiver – parfois. Ce livre est une succession de mes petits moments à moi, vécus ou fantasmés, bien réels ou rêvés, aperçus, à peine entrevus, passés trop vite …. Le temps file et nos souvenirs avec, ce livre est là pour que je me souvienne de ces moments, pour qu’ils m’aident à voir la vie du côté le plus joli possible. J’espère qu’il vous permettra d’en faire tout pareil. Je vous souhaite mille et un petits moments qui rendront votre vie jolie !

Voici 144 pages de petits plaisirs dessinés : des petits moments de tous les jours, de temps en temps et des petits mots qui font du bien. » MATHOU

 

Mon avis :

Mathou s’est déjà fait connaitre avc la bande dessinée publié chez J’ai Lu, Les Wonderwomen aussi mettent une culotte gainante, une lecture drôle.

Mathou nous livre ici des petites scènes de vie, qui semblent ne pas être très importantes mais qui font que d’un seul coup ça illumine notre quotidien. Le bisou baveux d’un enfant, un réveil tout doux avec son/sa chéri(e)… Ce livre est plus destiné aux femmes, qui se retrouveront plus dans ces histoires. Mais cela n’empêche pas qu’un homme puisse lire la BD et rigolé ! La preuve.

Sur chaque page on a donc une illustration, avec quelques mots pour décrire la scène à laquelle on assiste, ce qu’elle a de réjouissant. Du coup, c’est très court et ça se lit très vite. D’ailleurs, ce sera là mon reproche : c’est trop court L  Les dessins de Mathou, simples, tendres et drôles.

Très chouette BD, que je vous conseille. Et pourquoi pas à offrir !

Homo Canis de Laurent Testot

Publié: mai 22, 2019 dans Uncategorized

cvt_homo-canis_2133

Résumé :

Comment et pourquoi le loup gris, prédateur indompté, est-il devenu en quelques dizaines de milliers d’années le chien, animal domestique par excellence de notre quotidien ? Laurent Testot nous invite à parcourir la planète pour découvrir cette passionnante histoire des chiens, indissociable de celle de l’humanité.
On y apprendra qu’on aurait aussi pu apprivoiser maître Renard. Et, entre autres anecdotes surprenantes, on suivra les traces du xoloitzcuintle, mets de fête des Aztèques ; du dingo australien et de son cousin, le chien papou qui chante ; de l’akita inu, incarnation canine de l’âme japonaise ; du dogue, déjà utilisé par les conquistadores contre les Amérindiens ; du basset, qui fit office de tournebroche jusqu’à la Révolution industrielle ; du noble bichon, au prestigieux pedigree ; ou encore des 101 dalmatiens, de Rintintin et de Lassie, héros qui bercèrent nos enfances.
On écoutera chaque chien donner de la voix pour nous raconter son histoire. Et on s’interrogera sur ce que ces animaux partenaires de notre développement et reflets de nos obsessions ont à nous apprendre de notre avenir.
Journaliste, conférencier et globe-trotter à l’insatiable curiosité, Laurent Testot a dirigé plusieurs ouvrages en histoire mondiale et globale. Son précédent livre, Cataclysmes. Une histoire environnementale de l’humanité (Payot, 2017), a reçu le prix de l’Académie française Léon de Rosen 2018 pour la promotion du respect de l’environnement.

 

Mon avis :

Quel voyage effectué durant ces quelques 300 pages ! Voyage dans le temps, dans l’espace, dans L’Histoire dans l’imaginaire aussi. Et en la meilleure compagnie qui soit puisque Laurent Testot donne habilement la parole à nos amis les chiens pour nous raconter, à travers leur Histoire et leur cheminement à nos côtés, celle de l’humanité : « Je suis un chien, et je vais vous raconter votre histoire ».

L’auteur donne la parole aux chiens pour qu’ils se racontent depuis les temps anciens où ils n’étaient encore que des loups gris. Les gènes du loup gris sont encore présents dans l’ADN du bouvier des Flandres mais aussi dans celui du minuscule yorkshire. Il faut donc parler du loup, de notre histoire commune, pour mieux comprendre notre compagnonnage avec le chien.

Au fil des pages qui vont suivre, vous entendrez de nombreux discours, tous produits par des canidés. Des récits en kaléidoscopes, qui éclaireront d’un jour nouveau notre histoire. Les animaux qui témoigneront seront mentionnés en en-tête des chapitres.

C’est un livre compliqué à suivre, mais passionnant. Pour les amoureux d’animaux, il faut se le procurer !

Capture d’écran 2018-02-26 à 12_55_45(1)

Résumé :

Masaru Kurami, trentenaire japonais à l’imposante carrure, s’est dangereusement endetté. Pris à la gorge par ses usuriers, il est sauvé par le patron de « Chiwaki Entreprise » qui lui propose d’être son garant, en contrepartie de quoi, Masaru devra travailler pour lui. Recouvrement de dettes, transport de marchandises, extorsions, réseau de prostitution, voilà le genre d’activités de la société dans laquelle a atterri le timide Masaru. Chiwaki, le boss, décèle en lui un fort potentiel qu’il décide d’accentuer ; boule à zéro, sourcils rasés, Masaru adopte un nouveau look patibulaire idéal pour masquer son manque de confiance en lui, et s’imposer dans le milieu.

Un jour, le boss l’envoie livrer un container chez un éleveur d’anguilles, dans le lugubre quartier de Kuromu, en compagnie de Tomita, un autre employé de la société. La mission est simple : effectuer la livraison sans se poser de question et surtout, ne pas fourrer son nez partout…

 

Mon avis :

Avec beaucoup de retard, je me suis lancé dans la lecture d’Anguilles démoniaques, livre sorti il y a presque un an.

Yû Takada est un auteur de best-seller japonais, maître du thriller noir au Japon. Anguilles Démoniaques est son premier roman traduit en langue française. Plusieurs de ses œuvres ont déjà été adaptées en mangas, en séries télévisées et au cinéma.

L’histoire est assez originale et nous fait découvrir un milieu peu répandu dans les romans.
Nous découvrons donc une sorte de mafia qui s’occupe de plusieurs choses…
L’auteur se concentre essentiellement sur cette mafia et ce groupe qui s’occupe de situations particulières, je ne vous dirai pas lesquelles pour ne pas vous spoiler l’histoire.

J’ai apprécié connaître les côtés sombres et peu connus de ce pays. En général les thrillers sont centrés sur un meurtre ou une enquête mais ici nous avons vraiment affaire à tout un réseau et c’est cela que j’ai aimé découvrir. Nous ne sommes pas dans le Japon des cerisiers en fleurs. Nous sommes dans le Japon avec sa prostitution, bien souvent lycéenne. L’auteur aborde également le sujet de la pédophilie, de la mort d’humains destinés à être mangés par d’autres humains, le cannibalisme mais aussi ses yakusas. Ame sensible s’abstenir.

Je pense que grâce à cette lecture, je vais lire les mangas ! 3 Tomes sont déjà sortis.

 

 

 

9782849533390_cg

Résumé :

De nos jours, pas évident de lire Le Cid, quand on a treize ans ! Et pourtant, malgré les 382 ans qui les séparent, Chimène, Rodrigue et Don Diègue ne sont pas si éloignés de Naomy, Sarah-Lou, Brandon, Amine et de leurs acolytes !
Bienvenue dans le huis-clos de la salle de classe de 4e B. Entre frictions, moments de grâce, inepties et traits d’esprit, les élèves vont peu à peu apprivoiser la pièce et son langage suranné, à l’image de Lou qui s’exclame désormais « M’dame, quel outrage infâme, on m’a pris mon quatre couleurs ! »
L’auteure, enseignante de Français au collège, livre ici le récit d’un apprentissage ardu mais non sans piquant, où les plus classiques ne sont pas forcément ceux que l’on croit !
Une bande dessinée tout public, plein d’humour et d’enseignements !

Mon avis :

Véropée fait revivre les souvenirs d’écoliers de chacun quand le ou la prof de français faisait lire les classiques de la langue française au collège. Les éléves vont étudier Le Cid de Corneille. Dur dur d’apprendre pour ces élèves,  en effet, la langue du XVIIe siècle est difficilement compréhensible avec ses métaphores et son niveau de langage. Cela va fatiguer leur professeur…

Les meurtres, l’amour, les impératifs d’honneur, tout cela semble si loin et pourtant si proche pour des jeunes qui préféraient jouer à la PS4 plutôt que réfléchir aux enjeux du texte, jusqu’à ce que la prof réussisse à les captiver. Le langage est fleuri, les élèves d’abord dissipés jouent finalement le jeu et discutent sans fin des implications de la pièce jusqu’à se passionner.

Les dessins sont bien réalisés. Un style enfantin, qui conviendra aussi aux adultes.

On y passe un bon moment. Cette histoire rappellera des souvenirs à nous, les anciens collégiens et lycéen.

51bwxsb-b4l._sx195_

 

Résumé :

L’équilibre de la planète Topoï est chamboulé par l’arrivée d’envahisseurs venus de l’espace. Ces buzards ravagent tout sur leur passage. Ils sont en quête d’une force mystérieuse, l’Ultralazer, intimement liée au Roi des bêtes, véritable dieu vivant, garant de l’équilibre de toutes choses.
Horb et Bouko, les gardiens et serviteurs attitrés de ce dernier, organisent la résistance.

Mon avis :

Horb et Bouko vivent paisiblement leur rôle de gardiens du Roi des Bêtes jusqu’à ce que leur planète soit envahie par des oiseaux belliqueux, les buzards, débarqués en nombre d’une autre planète. Les deux gardiens vont devoir protéger le Roi des Bêtes . Ils font tous les jours un long périple pour trouver des cristaux pour nourrir le Roi des Bêtes.

Le travail graphique réalisé par Yvan Duque et Maxence Henry est réussie ! On y retrouve des  paysages foisonnants, donnant vie à une flore luxuriante qui immerge le lecteur dans un univers somptueux dans lequel Maxence Henry fait évoluer des personnages attachants.

Contrairement à ce qu’indique son titre, l’univers d’Ultralazer a un dessin ultra-doux, rond, aux couleurs joliment complémentaires. Voilà un trio d’auteur et d’artiste qui fait montre d’un talent de conteur et de dessinateur saisissant avec un premier tome particulièrement plaisant. Une réussite !

Toi, Pauline de Janine Boissard

Publié: mai 16, 2019 dans Uncategorized

41959as8lrl._sx195_

Résumé :

Et revoilà Pauline, dont on fête aujourd’hui les dix-neuf ans. Son rêve de toujours ? Ecrire. Mais où trouvera-t-elle la confiance qui lui manque pour se lancer ?

Dans les bras de Paul, son nouvel amour, et comme elle artiste blessé.

Quant à l’inspiration, elle la trouvera au sein même de sa famille.

Dans l’héroïsme de Claire, prenant la défense d’une grand-mère attaquée par des voyous dans le RER. Dans l’incroyable et courageux combat de Cécile, volant au secours d’une amie de collège victime de harcèlement. Et dans le cœur brisé de celle que tous croyaient si forte : Bernadette.

C’est tout ça, La Marette.

Toi, Pauline est la suite (et la fin) des Quatre filles du docteur Moreau, nouvelle version de L’esprit de famille qui valut à Janine Boissard un immense succès.

 

Mon avis :

Janine Boissard donne une nouvelle vie aux héroïnes de  L’esprit de famille, l’immense succès qui a marqué son entrée en littérature. Toi, Pauline est la suite (et la fin) des Quatre filles du docteur Moreau , version où Janine Boissard fait vivre ses 4 héroïnes, Claire, Bernadette, Pauline et Cécile dans le monde d’aujourd’hui.

Nous suivons Pauline durant tout ce livre. Pauline est dans une situation particulière : elle est perdue. Entre son premier amour qui refait surface, sa volonté de devenir écrivaine ainsi que sa famille, ses études et tout le reste, Pauline est en constante interrogation.

Ce deuxième tome de la nouvelle version de « L’esprit de famille » aborde des problèmes très actuels tels que la violence dans les transports en commun ou le cyber harcèlement.

J’ai aimé cette touche moderne, qui redynamise l’histoire et montre qu’elle s’est adaptée à ses lectrices actuelles tout en gardant l’atmosphère de l’esprit de famille. Un très joli moment de lecture. Une immersion formidable dans une sacrée famille !

510wvzjuxtl._sx195_

Résumé :

Une histoire pleine de fantaisie pour découvrir la politesse avec Gros chat et les malpolis !

 

« Cache-moi ! » crie lapinou à son ami Gros Chat.

Mais quel est ce malpoli qui ne dit même pas « S’il te plaît » !

Après quelques leçons de politesse élémentaire, Gros chat accepte de le cacher : hop, il avale lapinou. Un autre malpoli arrive : tant pis pour lui, Gros chat l’avale aussi.

C’est seulement quand il entend du fond de son ventre :  » S’IL TE PLAIT ! Recrache-nous… PARDON, PARDON, on sera polis !  » que Gros Chat les libère.

MERCI Gros Chat !

 

Mon avis ;

La petite histoire de la politesse  est une histoire pleine de fantaisie pour découvrir la politesse avec Gros chat et les malpolis ! L’histoire est drôle et bien raconté. Ici un petit lapin mort de peur demande à un chat de le cacher. Sous le coup de la peur, le lapin n’est pas très poli et le chat n’apprécie pas. Logique. Du coup, il lui fait une petite leçon de politesse et recommence avec celui qui poursuivait le lapin.

C’est un petit livre tout cartonnés que les enfants peuvent manipuler sans crainte de les abîmer.

Le petit imagier est très mignon, j’aime beaucoup ces pages bien colorés et ces personnages tout mignons. Comme d’habitude, les dessins de Florence Langlois nous régalent.

Je vous le recommande !

cvt_le-grand-voyage-de-rickie-raccoon_4607

Résumé :

Voilà ! Rickie a quitté la côte. L’eau sombre l’effraye un peu mais elle trouvera bien une île déserte où s’installer. Personne ne l’embêtera plus et elle sera très très heureuse. Enfin, c’est ce que croyait Rickle en s’embarquant pour son grand voyage…

 

Mon avis :

Ce livre est vraiment très original, car il se trouve entre l’album et le roman. Nous retrouvons un univers riche et plein d’humour signé Gaëlle Duhazé.

Rickie a été retrouvé sur une île de Vancouver par Rosabianca qui est une vieille chèvre. Elle a décidé d’élever Rickie qui est un raton-laveur. Elle décide de quitter sa terre d’adoption pour partir à l’aventure. Un voyage qui va la mener de Vancouver au Japon, à la recherche du bonheur mais aussi de ses origines.

Gaëlle Duhazé nous fait vibrer dans cette aventure étonnante et légèrement déjantée autour de l’estime et la recherche de soi, et du fait de grandir. Les illustrations sont rythmées, aux couleurs chatoyantes.  J’aime beaucoup leur couleur qui me fait penser à un dessin à la pastel.

Une belle découverte ! Je vous le recommande vivement !