Archives de la catégorie ‘Uncategorized’

De A à Z de Peggy Nille

Publié: octobre 18, 2017 dans Uncategorized

51h1170rqml-_sx195_

Résumé :

Dans l’abécédaire de Peggy Nille, Anna l’ânesse atterrit sous l’averse, Boris le babouin boit un breuvage à la banane, tandis que Camille le crocodile croque un casse-croûte aux cornichons !

Mais attention, d’autres mots sont cachés … sauras-tu les retrouver ?

 

Mon avis :

Si on aime la littérature de jeunesse, on connaît forcément Peggy Nille, une illustratrice très talentueuse aux illustrations modernes et colorées. L’auteure nous offre un superbe abécédaire et imagier animalier, clair, aéré, coloré.
Sur chaque double page, à gauche, une lettre de l’alphabet, en majuscule et en minuscule, et dessous, une phrase qui décrit ce que montre l’image sur la page de droite : « Camille le crocodile croque un casse-croûte aux cornichons » ; « Léa la lapine lit un livre à Léo le lion », et ainsi de suite tout en assonances et allitérations.

Et ça bouillonne carrément dans les dernières lettres de l’alphabet, celles qui comptent triple au Scrabble et qui ne regorgent pas des mots les plus simples.
L’exercice est connu, mais le résultat soigné et efficace, et beau tout simplement aussi !  A la fin, un glossaire reprend tous les mots de l’abécédaire.
Ce livre est conseillé dès 5 ans.

Publicités

61yx2bsq4qil-_sx195_

Résumé :

Récit envoûtant se déroulant au Bénin et au Nigéria, personnages plus vrais que nature, paysages somptueux et noirs, pour son premier livre en tant qu’auteur complet, Jean-Denis Pendanx réussit un coup de maître ! A travers le destin du jeune Kémi, à la recherche de son jumeau disparu, c’est à une quête personnelle, magnifique et tourmentée, qu’il nous convie.

 

Mon avis :

Kémi, enfant qui n’a plus sa mère, qui perd son père dans un accident , a un frère jumeau qui a aussi disparu sans donner de nouvelles….

Une belle BD refermant une histoire d’un jeune homme naïf qui part à la recherche de son frère jumeau. Une histoire intimiste qui parcourt des kilomètres et bien des thèmes : le deuil, la pauvreté, les croyances, la pollution, la corruption, les modes de vie…
Un beau voyage avec des dessins colorés montrant parfaitement les ambiances, les visages expressifs, et des paysages somptueux ou impressionnants.
Il va faire beaucoup de rencontres. Des personnages attachants, de « belles personnes » qui vont aider notre héros, des crapules qui vont le voler le battre et profiter de sa naïveté. Tous forment une galerie d’acteurs de sa quête, ce qui apporte un intérêt constant à la lecture. Les personnages rencontrés sont nombreux et si attachants que j’aurais aimé un approfondissement et une petite suite à leur mini histoire.

Histoire et illustration très réussis. Un plaisir aux yeux !

 

51eva9m5svl-_sx195_

Résumé :

Frigiel, orphelin depuis la disparition mystérieuse de ses parents, est élevé par son grand-père dans un petit village de la forêt d’Ardan. Adolescent, il ne connaît pas grand chose du monde extérieur. Avec son fidèle chien Fluffy, casse-cou et gaffeur, il va vivre des aventures qui l’entraîneront jusqu’aux terres du Nether et découvrir que la magie, interdite près d’un siècle plus tôt, est toujours en action dans le monde. En chemin, Frigiel et Fluffy rencontrent Abel, un garçon de 19 ans bavard, un peu trouillard qui déteste la magie et Alice, une voleuse de talent, très indépendante.

Mon avis:

Le premier tome de la sage nous invite à suivre les aventures de Frigiel, un adolescent téméraire et son chien Fluffy. Notre jeune protagoniste vivait chez son grand père dans un village qui sera rapidement détruit par l’Ender Dragon. C’est à ce moment que le grand père va confier à son petit fils un mystérieux coffre, qu’il devra apporter malgré les dangers à un certain Valmar.
Il s’agit d’une belle découverte pour ma part. Je trouve que les auteurs (le youtubeur Frigiel et Nicolas Digard) donnent à leurs plumes une belle expression qui facilite au lecteur l’expérience du voyage à travers le monde de Frigiel et Fluffy. Au fur et à mesure que l’intrigue avance, l’histoire devient de plus en plus prenante et se rapproche des grandes oeuvres de Fantasy.

Je recommande ce premier tome aux enfants âgés de plus de 8 ans, de préférence joueurs même si cela reste compréhensible pour les non-initiés à Minecraft. Avec cet ouvrage, on lit facilement, les chapitres sont courts, les illustrations sont sympathiques et l’histoire est pleine de rebondissements.

Une très belle découverte que ce roman que je conseille fortement aux adolescents et amateurs de Minecraft. Et petit plus pour les adeptes de Minecraft, une carte est téléchargeable en ligne pour que l’on puisse jouer dans cet univers sur Minecraft.

51lal9yx4nl-_sx195_

Résumé :

Recueil de quatre nouvelles : deux soeurs jumelles que tout oppose moralement s’aiment et se haïssent tout au long de leur vie, un homme jouisseur abuse d’une fille candide et lui arrache son enfant, un père dur et fermé s’humanise au contact de sa petite fille avec qui il se plonge dans le lecture du «Petit Prince» et une femme rend régulièrement visite à l’assassin de sa fille en prison.

 

Mon avis :

 

 

Eric-Emmanuel Schmitt dans son livre « La vengeance du pardon » nous offre quatre nouvelles, quatre histoires sur l’envie, la perversion, l’indifférence et le crime à travers lesquelles l’auteur nous parle de pardon.

La pardon, c’est refuser la vengeance (oxymore bien trouvée au passage). Réussir à pardonner est un acte difficile auquel nous ne sommes pas égaux. Et c’est à travers des histoires bien distinctes qu’Eric-Emmanuel Schmitt nous démontre que le pardon n’est pas qu’une notion religieuse.
Avec des thèmes délicats, dérangeants et pathétiques, Eric-Emmanuel Schmitt nous entraîne dans les tréfonds de la psychologie humaine quand celle-ci est à jamais alourdie par le poids de la culpabilité et du passé. Les formules grinçantes, les faits révoltants, tout est mis en oeuvre, je pense, pour nous permettre de ressentir de profonds sentiments. Nous suivons donc le récit d’hommes et de femmes qui auront des choix parfois très difficiles à faire afin de soulager leurs consciences torturées.
Le réalisme des histoires ainsi que la justesse des sentiments des personnages facilitent notre capacité de projection et d’identification.
Dans la première histoire, deux sœurs jumelles tentent de s’apprivoiser après la séparation de leur enfance. Une tente de se rapprocher de son âme-sœur, transie d’amour fraternel, tandis que l’autre, la « mal-aimée », dévorée par la haine et la jalousie, tente de s’en éloigner à tout jamais. Un incident impardonnable liera les deux sœurs à leur destin respectif : le pardon pour l’une, la rancœur pour l’autre. L’issue, aussi fatale que prévisible, nous donne le ton du reste du roman.
Dans la deuxième histoire, un jeune homme, en vacances dans les Alpes avec sa bande d’amis, rencontre une jeune femme à l’esprit simple et finit par coucher avec. Alors qu’il se retrouve lié à elle pour toujours, il retourne vivre seul à Paris et hérite de la puissante entreprise de son oncle. Malgré sa richesse, son confort matériel, son parcours prestigieux, le sort semble le rattraper jusqu’à sa luxueuse demeure.
Des années après, alors que son fils précipite la chute de ses affaires, il n’aura plus d’autre choix que se retourner vers son passé.

Dans la troisième nouvelle, qui donne son titre au recueil, on fait connaissance avec Elise qui a perdu sa fille Laure victime d’un tueur en série, violée et égorgée. Bien qu’elle n’ait aucune raison de le faire, elle décide de rendre visite au tueur dans une célèbre prison alsacienne. Elle hait cet être veule et monstrueux qui n’éprouve aucun remords et qui annonce que si on le sort de prison un jour il recommencera. Le tueur ne saisit pas pourquoi Élise veut comprendre pourquoi il a fait ce qu’il a fait, et lui, voudrait comprendre pourquoi elle fait ce qu’elle fait en lui rendant visite. Elle le provoque au cours de nombreuses visites, tente de l’apprivoiser, tel une bête sauvage, de l’humaniser afin qu’il se rende compte de sa monstruosité. Y parviendra-t-elle ?

La dernière histoire en reprend une autre que j’apprécie particulièrement, celle du Petit Prince.
Une petite fille tente « d’apprivoiser » un vieil aviateur de guerre à la retraite, cachant un lourd secret… J’ai aimé la sensibilité de celle-ci, vraiment plus douce que les trois autres.

Ce magnifique recueil de quatre nouvelles donne à réfléchir sur deux thématiques contradictoires : se venger ou pardonner ? L’écriture est belle, accessible et efficace. Les nouvelles sont denses et les personnages bien travaillés. C’est un livre coup de coeur, que je vous recommande de lire.

9782302062849_1_75

Résumé :

Sangre pourchasse Fesolggio sur Tarasque, où les plus talentueux artistes protègent la population des fluves assassines. Jadis, le jeune Fesolggio était de ceux là, un peintre et un sculpteur de génie, dont le charme et le talent en avaient fait la coqueluche de la noblesse. Aujourd’hui, c’est un alcoolique, un raté oublié de tous que Sangre va retrouver. Mais quel intérêt de lui donner la mort sil l’attend avec impatience ? C’est l’artiste virtuose que Sangre veut punir et non l’épave.

 

Mon avis :

Petit résumé du tome 1 : Sangre, enfant, voit sa famille massacrée par la Compagnie des Sombres Ecumeurs. Elle sera la seule survivante de l’attaque. Elle est recueillie par Dame Ydrelène, qui veut qu’elle soit éduquée au Magistère. Là, elle va découvrir un étrange pouvoir, celui de figer le temps pendant quelques battements de coeur. L’enfant, traumatisée, est devenue bègue. Les filles de son âge, qui sont pensionnaires du Magistère viennent de la haute société et feront tout pour chasser Sangre de leur pensionnat. Sangre se retrouve seule dans la rue ou elle s’éduque à l’école de la vie par la violence et se nourrit de larcins. Elle est accompagnée de son chien et n’a qu’une ambition, retrouver sa mère et châtier les assassins de sa famille.

Dans ce tome, Sangre continue sa quête de vengeance et espère toujours de retrouver sa mère qu’elle croit toujours vivante. Sangre, toujours se rend dans la ville de Tarasque, bourgade qui pour se protéger la nuit des fluves, sorte de monstre en quête d’émotions artistiques, se dédie aux arts. Accompagné de son loup, Sangre espère y retrouver Fesolggio, peintre et sculpteur de génie mais déchu par le prince Da Gartillo.

Les frasques de ce dernier ont poussé la jeune femme au suicide et suite à sa déchéance, pour tenter de retrouver la fortune, Fesolggio avait rejoint les écumeurs, les assassins de de la famille de Sangre. Notre héroïne trouve qu’il est trop simple de se venger de l’artiste déchu et monte un plan machiavélique pour lui redonner la gloire…

Le scénario est solide, merveilleusement construit. Des paysages imaginaires, à l’architecture somptueuse, inspirée du baroque vénitien, des personnages expressifs et Sangre d’une grande beauté ajoute de l’émotion au récit. L’univers mis en place est riche, fantasy évidemment.

L’héroïne a du chien, de la castagne et un très bel univers en plus de ça !
Et pour ne rien gâcher, le graphisme est vraiment chouette.

Vivement la suite. ! 6 tomes devraient encore arriver !

 

51vqqq2dyrl-_sx195_

 

Résumé :

Polly trouve parfois que la vie à Londres n’est guère passionnante… jusqu’au jour où elle rencontre son nouveau voisin, Digory. Il vit avec sa mère, gravement malade, et un vieil oncle au comportement étrange. Celui-ci force les deux enfants à essayer des bagues magiques qui les transportent dans un monde inconnu. Commence alors la plus extraordinaire des aventures…

Mon avis :

Mes premiers pas dans le Monde de Narnia, bien qu’ayant déjà vu le film avec mes enfants.

En le lisant, je me suis imaginée dans la peau d’un enfant lisant ce roman, et j’y ai pris du plaisir, amusée par l’humour et les situations parfois burlesques qu’on y retrouve: l’oncle Andrew que les animaux de Narnia veulent planter comme un arbre, les adultes ridiculisés lors de la course poursuite de la sorcière dans les rues de Londres…

Ce premier tome nous relate la création de Narnia et la façon d’y accéder. Ce qui dans le film a été laissé de côté pour passer directement au chapitre deux. J’ai apprécié prendre le temps de découvrir cette introduction à l’histoire et comprendre d’où proviennent tous les personnages et cette fameuse armoire magique qui est un passage entre le monde normal et celui de Narnia.
On ne s’attache pas forcément aux personnages mais plutôt à l’histoire elle-même.

Les personnages principaux, Polly et Digory, sont des enfants mais ils apparaissent plus sensés que certains adultes, j’ai d’ailleurs noté que les adultes n’étaient pas vraiment glorifiés, comme s’ils avaient perdu une partie de leur âme d’enfant en grandissant, les rendant presque moins dignes que les enfants de connaître Narnia, exception faite du cocher et de sa femme, couronnés roi et reine de Narnia.

Un premier tome passionnant, avec un petit plus, cette édition est enrichie quelques illustrations !

Je suis prêt à continuer avec les tomes suivants, tant que j’y trouverai le même plaisir enfantin !

bm_cvt_la-promesse-de-locean_4848

 

Résumé :

Dans les Côtes d’Armor, Mahé dirige avec intelligence et détermination l’entreprise de pêche familiale. Mais entre les aléas de la crise et le caractère irascible de son père, son quotidien est loin d’être un long fleuve tranquille…

Sans compter qu’à 30 ans, Mahé n’a toujours pas trouvé l’homme de sa vie. Elle n’est pas indifférente au charme d’un séduisant dentiste aux yeux gris, mais son douloureux passé amoureux est sur le point de la rattraper de la manière la plus inattendue…

Mon avis :

A Erquy, port coquillier de la baie de Saint-Brieuc, Mahé prend la suite de son père, un patron de pêche que la maladie a diminué. Elle va s’imposer dans ce milieu masculin par son professionnalisme, et prouver que la jeunesse et la féminité n’empêchent pas de réussir dans un métier traditionnellement réservé aux hommes.
Puis, dans ce cadre enchanteur de la côte bretonne, d’autres personnages se dessinent : Armelle, la meilleure amie de Mahé, puis les deux héros principaux, Alan, dentiste à Lamballe, et Jean-Marie, marin-pêcheur, employé de Mahé.
Au fil des pages, on découvre également des personnages secondaires qui, à leur manière, apportent de la matière au récit : les marins qui luttent pour survivre dans un environnement économique difficile. Rien ne va plus au grand jeu des sentiments….Armelle aime Jean-Marie, qui aime depuis toujours Mahé … Mahé qui a perdu son fiancé, Yvon, en mer, et qui noie sa solitude dans le travail acharné. Et si le destin prenait la forme d’une rage de dent… et la conduisait à Lamballe, chez Alan ? Mahé et Alan ne savent pas mettre un nom sur ce sentiment qu’ils éprouvent…. S’agit-il d’une attirance ? …. Malentendus et épreuves mettent à mal ce couple qui a du mal à se comprendre…

Un livre qui se lit très rapidement car on ne peut pas le lâcher. Les personnages sont tellement vrais qu’on est ému face à eux par plusieurs sentiments. On ne peut que les comprendre même si on ne se retrouve pas dans tous les personnages.

L’écriture est fluide, c’est carrément le dessus du panier de la littérature sentimentale.

L’auteure réussi à nous faire ressentir la moindre faille de chaque personnage. Tous les mots semblent réfléchis et apportent quelque chose, comme chaque phrase écrite.

Dessine avec des tampons

Publié: octobre 5, 2017 dans Uncategorized

 

9781474929639-dessine-tampons

Mon avis :

Le livre se présente de la même façon. Un livre-cahier avec des idées de dessins faciles à reproduire et à faire évoluer au gré de nos envies. Les sujets proposés sont tout mignon et adaptés aux goûts des enfants.

Les pages sont épaisses et solides. Nous y découvrons un univers ou deux par double page. Par exemple : les dinosaures, les abeilles, les hippocampes, la forêt, les fleurs, les ballons, les bulles… il n’y a pas moins de 45 thèmes, de quoi faire !

A l’intérieur du livre, une petite fiche d’explication pour une bonne utilisation des tampons. Sur le côté, nous avons des tampons encreurs : 6. Rouge, violet, bleu, orange, vert et jaune. Ainsi que 6 tampons : goutte, ovale, rond, demi-lune, carré et triangle.

On ne parlera pas encore une fois de la qualité de ces livres et surtout du fait qu’ils sont toujours aussi bien pensés. Tout à portée de main et un livre spirale pour bien s’installer à table et commencer l’activité.

Les illustrations sont très colorées et simple. Les dessins sont mixtes. Un même thème s’illustre soit sur une double page.

Des annotations fléchées vous permettent de voir les différentes possibilités.

 

 

 

 

 

41bylmzbztl-_sx195_

 

Résumé :
Venice, Californie. Nous sommes en octobre 1949, par une nuit d’orage, dans un gros tramway rouge, vieux, grinçant. Le narrateur y est seul avec un homme ivre qui se met à geindre, lui soufflant son haleine avinée dans le cou : « Oh ! la solitude est un cercueil de verre. » Puis l’inconnu disparaît. En contrebas, dans le canal, un vieillard se balance, mort, dans une ancienne cage à lion.

L’inspecteur Crumley mettra bien du temps à se laisser convaincre par le narrateur, jeune romancier un peu « tête brûlée », qui prétend avoir entendu l’assassin et qui a commencé son enquête auprès de personnages on ne peut plus singuliers.

Dès lors, qui, de Crumley ou du détective amateur, débrouillera l’énigme ?

Mon avis :

Comme la plupart des lecteurs français, je connaissais Ray Bradbury comme auteur de science-fiction et de fantastique, mais il s’avère qu’il excelle aussi dans le polar.

Voici l’histoire : le narrateur, un jeune écrivain, trouve le cadavre d’un homme à l’intérieur d’une cage aux lions engloutie dans un canal de Venice, un lieu qui tombe en ruine, mettant en place dès lors une atmosphère angoissante. Il est persuadé que c’est un meurtre et tentera de trouver le meurtrier.
L’histoire n’est en fait qu’un prétexte. Le vrai intérêt du roman se situe ailleurs.

Tous les personnages que l’on croise, aussi haut en couleurs soient-ils, participent à la fin de ce monde. Lui survivront-ils ? Ont-ils ne serait-ce que l’envie de lui survivre ? Toute la question est là.

C’est cette course contre la montre car dès qu’on aperçoit le suspect, quelqu’un va mourir qui va nous permettre de nous perdre totalement. L’auteur ne nous laisse aucun instant de répit. Vous serez constamment obligés de vous remettre en question, de soupçonner des gens sympas en plus. Bref, vous ne verrez pas passer ces 300 petites pages et j’ai envie de vous dire que c’est en prime l’occasion de redécouvrir un superbe roman atypique et pourtant qui pourrait être lui aussi une référence.

Un roman policier qui oscille entre le réel et l’imaginaire. A découvrir !

couv2038588

Résumé :

Une uchronie originale en plein cœur de Paris qui met en scène un adolescent de 13 ans, Jasper. Celui-ci est sollicité par plusieurs personnalités historiques afin de mener à bien, avec eux, une mission ultra secrète liée aux 7 merveilles du monde. Un dramaturge français du XIXe siècle, un chef gaulois, un aède du VIIIe siècle avant JC surnommé  » le poète  » par les Anciens, deux frères linguistes et philologues allemands, un compositeur allemand du XVIIIe siècle, un romancier français du Moyen Âge… constituent les 7 de Babylone. Leur mission : empêcher leurs ennemis de toujours de réunir des fragments des 7 merveilles du monde, qui leur permettraient d’acquérir un pouvoir destructeur.

Mon avis:

Le premier tome de cette saga pose l’univers dans lequel évolue Jasper . Un merveilleux récit d’aventure issu d’un univers imaginaire très riche, ce récit inventif captive. Les épreuves s’enchaînent et sont de plus en plus dangereuses pour Jasper,  on ne suit pas un roman avec des personnages célèbres ici on a une cohésion qui gère comme il peut les  7  de Babylone avec des réussites et des loupés. Et ce sont ces échecs qui font que le récit sonne vrai. L’auteur parvient  à faire naître émotion et suspense.   On se laisse surprendre par chacune d’entre elles, espérant que nos protagonistes viennent à bout de cette terrible aventure sains et saufs. Jasper est un personnage plutôt sympathique, et mine de rien c’est drôle de rencontrer Mozart, les frères Grimm et autres. C’est histoire est dingue, mais marrante.

Le style est agréable, simple et fluide. Agréable à lire. Le rythme est très dynamique, cette histoire à beau être improbable, on ne peut pas lui reprocher d’être rythmé. Les actions s’enchainent très vite, et le lecteur n’a pas le temps de s’ennuyer.

Pour conclure, un premier tome vraiment chouette que je recommande avec plaisir et ce dès 11 ans sans aucun problème.