Archives de la catégorie ‘Uncategorized’

41tecncht5l._sx195_

Résumé :

« Papy ! Papy ! Il y a un monstre qui veut me manger ! »

Tout seul dans son lit, Eliot appelle Papy à la rescousse. Grand méchant loup ? Vilaine sorcière ? Ogre sanguinaire ? Mais QUI est donc ce monstre terrifiant ?

Papy a sa petite idée… »

Mon avis :

Eliot est chez son papy et après avoir écouté quelques histoires du soir il est temps de se glisser sous les draps. Mais le petit garçon fait un cauchemar et court retrouver son grand-père : « Papy il y a un monstre sous mon lit ». Le grand-père lui demande de lui décrire ce si terrible monstre et Eliot de lui raconter qu’il a des dents terribles, un panier en osier et un petit pot de beurre. Vous l’avez reconnu comme papy, c’est le loup du petit chaperon rouge.
Mais non parce que son monstre à lui, il porte une couronne et il hurle « Qu’on lui coupe la tête », la Reine de cœur donc. Mais non car le monstre d’Eliot porte de grandes bottes…
Et c’est ainsi que le petit lecteur va visiter tous les méchants des contes classiques.
Finalement, papy découvrira qui est le monstre du cauchemar d’Eliot mais papy raconte vraiment n’importe quoi.

Le ton est enlevé, rythmé et même rimé et humoristique, souligné par les illustrations toujours si drôles et tendres de Mariane Barcilon. L’histoire se déroule comme des devinettes correspondant aux personnages des contes.
Celle-ci peut être ainsi interactive. Les monstres sont représentés en noir, évoquant des ombres et des tâches, en grand sur la page de droite, tandis qu’Eliot et son papy sont sur la page de gauche dans des tons bleu clair, doux,  en contraste.

Ce livre est une vrai découverte. Cela plaira aux jeunes enfants !

Publicités

51buv4oubwl._sx195_

Résumé :

Sur les Terres d’Arran, suite à l’affaire « Lah’saa-Slovtan », les Mages doivent désormais obéir à une nouvelle loi : être recensés et servir un seigneur humain ! S’il refuse, le mage est traqué par l’ordre des Ombres, emprisonné ou selon le cas, exécuté ! Tyrom, un vieil ermite, s’attache bien malgré lui à Shannon, une gamine espiègle de Castlelek. Cette cité indépendante est convoitée par le roi Gerald qui entend l’annexer à son royaume. Alors, quand Tyrom voit un mercenaire menacer Shannon, il s’interpose. L’instant d’après, la dépouille fumante du mercenaire gît à ses pieds. Il ne comprend pas ce qu’il vient de se passer. Est-il un mage ? Et si oui, pourquoi a-t-il perdu la mémoire ?

 

Mon avis :

Après Elfes, Nains, Orcs et Gobelins, nous voila avec Mages. A croire que les auteurs ont encore beaucoup d’idées pour cet univers. Ici nous suivons une jeune fille intrépide, Shannon, qui se lie d’amité avec Tyrom, colosse amnesique. Ils habitent Castlelek, cité indépendante, qui n’a pas souffert de guerre depuis longtemps. A la recherche du passé de Tyrom, ils vont découvrir lors d’une escarmouche avec des mercenaires, qu’il se pourrait qu’il soit un mage, à moins que ce ne soit Shannon;
Les mages ont été soumis aux souverains des différents états et ne doivent délivrer de magie que pour leur maitre.

C’est donc sur les pas de cette amnésie que le scénario nous emporte vers la liberté et la justice, thèmes développés dans ce récit, au son de cette cité qui prône son indépendance et la défend coûte que coûte. Shannon et Tyrom deviennent ainsi les défenseurs de cette cité après que les personnages les plus influents aient donné leur vie pour elle face à un roi peu scrupuleux capable du pire pour annexer la dite cité, devenue depuis peu un lieu important. Curieusement la magie et les mages sont pas mal absents tout au long de la bande dessinée. Plus qu’explorer la magie, nous avons surtout un aperçu de la situation politique des mages.

Le dessin est très sympathique et très bien colorisé. C’est lumineux et agréable à lire. Une réussite ! Vivement le tome 2 pour découvrir un autre mage !

Blues pour Irontown de John Varley

Publié: août 12, 2019 dans Uncategorized

51prwzfihnl._sx195_

Résumé :

Christopher Bach était policier lors de la Grande Panne, ce jour où le Calculateur central, qui contrôle tous les systèmes de survie sur Luna, a connu une défaillance fatale. La vie de Chris a alors irrémédiablement basculé, et il essaie désormais d’être détective privé. Assisté de son chien cybernétiquement augmenté, Sherlock, il tente de résoudre les quelques missions qu’on lui confie en imitant les héros durs à cuire qui peuplent les livres et films noirs qu’il adore. Lorsqu’une femme entre dans son bureau et prétend avoir été infectée volontairement par une lèpre incurable, Chris est tout disposé à l’aider à retrouver celui qui l’a contaminée. Mais il va vite déchanter en comprenant que son enquête doit le mener là où personne n’a réellement envie d’aller de son plein gré : à Irontown… Blues pour Irontown est un mélange détonant de roman noir et de science-fiction. Situé dans le même univers que les précédents ouvrages de l’auteur, notamment Gens de la Lune et Le Système Valentine, parus chez Denoël, il marque le retour, tant attendu, de John Varley à son meilleur.

 

Mon avis :

Un détective privé féru des années 1930 comme il se doit, une enquête qui apparait simple, la lune et surtout Sherlock. Voilà le point de départ. Tout cela se passe dans l’univers des Huit Mondes, que l’auteur a développé dans plusieurs romans et nouvelles.

Pour planter le décor, les humains ne vivent plus sur Terre depuis que des extra-terrestres les en ont chassés. Ils se sont réfugiés un peu partout dans le système solaire et en particulier sur la Lune. Christopher Bach, ancien policier, y exerce aujourd’hui l’activité de détective privé. Il est épaulé par Sherlock, un Saint Hubert cybernétiquement augmenté. C’est là qu’intervient justement cette double narration, elle permet ainsi à l’auteur de développer chacun des personnages et c’est avec Sherlock qu’on sent qu’il s’amuse. J’avoue les deux héros ont un quelque-chose d’attachant, que ce soit à travers la vie de Christopher qui donne un peu l’impression du looser qui a terriblement perdu et qu’on apprend à découvrir et à suivre. De L’autre côté vient Sherlock, le compagnon de notre héros, un chien modifié ce qui le rend plus intelligent. Il y a une certaine cocasserie à découvrir ainsi l’esprit de ce héros un peu particulier, qui nous offre une vision intéressante de ce monde et de son maitre. Il offre aussi un certain décalage au récit, tout en permettant de développer d’autres aspects de cette ville.

 

Le livre se lit avec facilement. L’humour est omniprésent dans son roman. La double narration fonctionne à merveille ! L’univers présenté ne manque pas d’attrait, se révélant plutôt solide principalement dans sa représentation et son côté très visuel devant cette humanité déracinée qui a dû s’habituer à une nouvelle vie. A découvrir !

51xpq9ujj2bl._sx195_

Résumé :

Dans la capitale d’un Etat imaginaire de l’est de l’Europe, Szforinda, les habitants sont passionnés par la finale de la coupe du monde de football qui va avoir lieu. Depuis cinq ans, après le massacre de trois cents enfants par des terroristes islamistes, le pays vit dans une obsession sécuritaire.

Le livre commence alors que 70 000 spectateurs se dirigent vers l’Athéna Stadium pour assister à la finale. Il suit les différents personnages qui se rendent à ce match, ce qu’ils vivent à l’Athéna Stadium mais aussi dans les mois qui précèdent. Entre Nordine l’informaticien, Théo le policier, Yuri le jeune champion de foot, et Krysten et Yeović les amants secrets, des vies apparaissent, complexes, tourmentées, tragiques et pleines d’espoir.

Dans une ambiance pesante où chacun est surveillé pour sa propre sécurité par les S.A.T., des policiers spéciaux ayant tous les pouvoirs, la ville vit dans l’enthousiasme et la peur de la finale : y aura-t-il un nouvel attentat ? Personne ne croit cela possible, et pourtant tout le monde le redoute.

Mon avis :

Szforinda, la capitale d’un pays imaginaire devenu un État autoritaire, vit avec la peur d’un nouvel attentat islamiste. le dernier est survenu il y a cinq ans et trois cents enfants sont morts. Aussi, la population a appris à vivre avec une forte limitation des libertés individuelles, avec des brigades spéciales : les S.A.T. et une surveillance très intrusive de chacun.

Le 9 juin, doit se dérouler à l’Etoile Athéna Stadium de Szforinda la finale de la plus grande et la plus suivie des compétitions de foot à travers le monde : la Coupe de la Ligue Mondiale, la CLM. Pour Szforinda, petit Etat d’Europe de l’est, c’est une grande première et l’événement est d’autant plus marquant que l’équipe locale disputera ce match. . C’est un moment de rassemblement et d’engouement, mais aussi le terreau de toutes les angoisses…

J’ai rapidement accroché avec le style particulier de l’auteur et la construction du roman : il nous fait suivre le destin de nombreux spectateurs qui se rendent à l’Athéna Stadium. L’auteur nous fait découvrir un à un ses nombreux personnages donnant un sentiment de lenteur, et même une vision au ralenti de la vie des personnages qui ont tous rendez-vous au stade pour un match, enfin pas seulement.

Il faut prendre le temps d’entrer dans l’histoire, mais l’écriture fleuve nous maintient dans un suspense continue. Le cadre de l’histoire est un pays imaginaire, enfin peut-être, où règne le capitalisme libéral, l’individualisme, et la répression. Ceci nous amène à réfléchir à ce que pourrait être notre futur très proche, dans une société où le pouvoir aurait tous les droits et où l’oppression quotidienne.

9782290207178

Résumé :

« Very Bad Twinz » est le premier album à quatre mains de deux auteurs reconnus de la blogosphère BD. Au grand bonheur de leurs lecteurs, Margaux Motin et Pacco mélangent leurs deux univers, leurs traits, leurs techniques et donnent naissance à un album entièrement écrit et dessiné à deux: personnages, décors… Cette série très attendue est prévue en trois tomes et sera leur première histoire longue à 4 mains.

L’Enfer n’est pas l’endroit le plus fun de l’univers, Gomar, un super démon déglingue et sexy s’y ennuie à mourir. Lorsqu’elle décide d’entraîner Pacc’, son acolyte qui aspire au calme et à l’ordre, dans une virée sur terre, les choses ne se passent pas du tout comme prévu. Satan les avait pourtant prévenus: en période de trêve, pas de connerie, ni de sortilège, les démons devront là haut faire profil bas. Mais, dès le passage qui les mènera à la surface, Gomar et Pacc’ vont vivre une expérience troublante et ce sera loin d’être de tout repos ! Quand un démon mâle soupe-au- lait porte une jupe et qu’un démon femelle border-line pisse debout, vous pouvez être certains que l’ordre cosmique et universel des choses est en train de partir en sucettes!

 

Mon avis :

Gomar et Pacc sont envoyés sur Terre par Lucie alors que les deux démons n’ont pas le droit de s’y rendre depuis le fameux traité interdisant aux démons de s’y rendre. Restés cependant coincés, ils ont pour consigne de ne pas se faire remarquer …
On retrouve l’humour des deux illustrateurs, qui vont franchement dans le même sens, et l’on sent tout de suite une complicité dans le délire… Un humour génial qui fait mouche. Il suffit de connaître un peu les humoristes français pour tout de suite voir les références !

Les dialogues sont vivants, spontanés et expressifs, le dessin est clair, sans fioritures car ce sont les personnages et leur caractère qui priment.

Bien sûr, l’histoire n’est pas très approfondie pour l’instant, mais il est bien précisé qu’il s’agit d’un premier tome… J’ai donc très hâte de lire la suite, et de retrouver nos deux démons revenu de l’enfer…

41mkag2hpgl._sx195_

Résumé :

A vingt-trois ans, Taylor Dawson débarque à Baltimore pour réaliser son rêve : travailler en tant qu’équithérapeuthe au centre Healing Hearts et aider les enfants victimes de traumatismes. Mais Taylor est aussi en quête de sa propre histoire. Son père, le détective Clay Maynard, qu’elle n’a jamais revu depuis qu’elle était tout bébé, travaille également à Healing Hearts.

Lorsque Taylor est amenée à s’occuper de deux fillettes dont la mère a été brutalement assassinée, elle découvre Clay sous un autre jour et fait la connaissance de Ford Elkhart, dont le regard la hante.

Mais au moment où Taylor se sent enfin prête à recommencer sa vie, une terrible menace surgit de l’ombre, lui révélant le vrai visage du mal.

Mon avis :

Premier livre que je lis de Karen Rose et ce ne sera pas le dernier. Karen Rose écrit des polars très différents de ce que je peux lire en général.

Taylor Dawson débarque à Baltimore pour travailler dans un centre thérapeutique appelé « Guérir les coeurs avec les chevaux ». Elle s’occupe de deux petites filles dont l’une a vu le meurtrier de sa mère. On apprend très tôt qui est le tueur et à quel point il est monstrueux. Il décide que Jazzie doit être réduite au silence avant qu’elle ne dise ce qu’elle sait, ainsi que son thérapeute, Taylor.

C’est un livre plein de suspense, excitant et plein de personnages qui ont choisi de devenir une famille. Tous ont enduré et surmonté des tragédies personnelles pour en ressortir relativement normaux de l’autre côté. L’histoire est très captivante et suscite la réflexion. Cet article semble mettre davantage l’accent sur les liens familiaux ainsi que sur l’établissement et le développement de relations qui peuvent avoir semblé être une cause perdue, que sur les éléments criminels. De plus, L’auteure a écrit avec des personnages de certains de ses livres précédents. Cela me donne envie de lire les autres livres pour en savoir plus !

J’ai passé un excellent moment de lecture. Je vais lire les autres livres de cette auteure que j’apprécie ! A découvrir !

 

51oi8qnefcl._sx370_bo1204203200_

Résumé :

Des défis écologiques (réduis ton empreinte carbone, passe une journée sans électricité), des défis pour aller à la rencontre des autres (demande à quelqu’un de te raconter son histoire, crée « La Journée du sourire »),  pour apprendre à penser par soi-même (fais 5 choses normalement réservées aux personnes de l’autre sexe) ou encore pour se dépasser (surmonte une de tes peurs)… Ce livre propose aux jeunes lecteurs 50 challenges pour devenir une meilleure version d’eux-mêmes !

 

Mon avis :

Les auteurs proposent à leurs lecteurs de changer le monde ou, tout au moins, de se changer soi-même en mieux en multipliant les initiatives à sa portée pour créer un monde meilleur. Et c’est bien connu c’est les enfants qui permettent de changer le monde…

Personnellement, je me sens très concerné par l’écologie. Je réalise déjà quelques gestes éco citoyen. Ce livre m’a permis de réaliser des gestes en plus. Il permet également de surmonter des peurs pour se dépasser. Par exemple, allez à la rencontre d’inconnus.

Ce livre est très original : il réunit des objectifs écologiques et de développement personnel, d’ouverture sur le monde et sur les autres, etc. pour mener une vie riche, active et passionnante. Les défis sont courts, accessibles et très positifs pour une vraie réflexion sur l’environnement, nos modes de vie et une implication individuelle très écologique.

Rêveries de Golo Zhao

Publié: juillet 31, 2019 dans Uncategorized

51g-wsgd2ol._sx195_

Résumé :

Hommage au Paris fantasmé et fantastique que les Asiatiques s’inventent depuis le Japon ou la Chine.

Ce recueil de nouvelles est composé comme le morceau de Debussy auquel il fait référence : une flânerie qui s’annonce douce et légère et qui ouvre régulièrement sur l’ambigu, le bizarre et l’effrayant. À l’image de cet étudiant chinois disparu mystérieusement après être tombé amoureux d’une diplômée d’astronomie, tatouée d’une étoile noire dans le dos. Ou encore de cette jeune femme détachée de tout qui décide de faire appel à une société privée pour organiser son suicide.

 

Mon avis :

Pour sa dernière soirée à Paris, Z, un auteur de manhwa, rencontre Dominique, une fan installée en France depuis quelques années. Pas de programme particulier, ils vont peut-être aller à une fête chez une connaissance de la jeune femme. Bercé par la musique de Claude Debussy, le musicien préféré des deux protagonistes, et troublé par l’ambiance romantique de la Ville lumière.

L’ambiance de ce titre est assez particulière et très plaisante puisque l’on a l’impression de se retrouver dans une bulle intemporelle au coeur de Paris.

L’originalité de ce titre vient bien évidemment de la demi-douzaine de nouvelles. Z va régulièrement avoir des visions, ou plutôt des rêveries, et l’on va avoir droit à une histoire en apparence sans lien direct avec Z et Dominique. Puis la rêverie se termine et on retrouve nos deux amis qui apprennent peu à peu à se connaitre. Et ainsi de suite jusqu’à la fin du volume.

On ne peut qu’apprécier le trait et la diversité de celui-ci, le graphisme, l’alternance des cases rectangulaires linéaires et des pleines pages qui rendent le récit dynamique. Les couleurs toutes de dégradés de bruns et noirs participent à l’ambiance nocturne voulue par l’auteur. On aime le rendu de Paris, ses ruelles, ses beaux magasins, ses artistes, ses cafés, l’art…

Une jolie découverte !

51yvnk2zqql._sx195_

Résumé :

Suite au décès de sa mère, Dwayne et sa famille partent s’installer là où sa mère a grandi : un petit appartement à Brooklyn.

Entre un père policier et un frère dragueur en série, Dwayne peine à trouver sa place. Mais ses problèmes personnels passent au second plan lorsqu’il est recruté par un gang de jeunes justiciers : ensemble, ils enquêtent sur des monstres cauchemardesques surgis des profondeurs de la ville.

 

Mon avis :

Des monstres venant des profondeurs de Brooklyn ont envahi la ville. Accompagné de son gang de minis justiciers en vélo, Dwayne va mener l’enquête.

On retrouve d’autres personnages : Rat, le petit génie, Mya, la jeune courageuse et Cajou, le petit rigolo, Riff Raff, le SDF du quartier.La petite bande va découvrir avec effarement que toutes les légendes urbaines new-yorkaises semblent avoir pris vie, pour mieux défendre leur quartier en plein travaux.

Le récit est captivant. L’atmosphère est très étrange, un côté « Stranger Things » bien marqué. Le scénario n’est pas déroulé par hasard, il y a une morale plutôt bien amenée.

Un bon album, captivant avec un côté page-turner. On se laisse prendre par le récit et l’ambiance, bref on passe un bon moment. On enchaîne les pages sans voir le temps défilé. La fin ouvre sur un tome 2, et c’est plutôt une bonne nouvelle. Reste à voir ce qu’ils en feront 🙂

Une aventure rythmée et joliment illustrée qui vous fera frissonner !

 

51w2bsenbhml._sx195_

Résumé :

1912… La jeune Terésita est enlevée dans une rue de Barcelone.

Le rapt de cette fillette va émouvoir l’opinion publique et mettre la pression à Fernando De Prat, le juge d’instruction en charge de l’enquête. L’enfant est finalement retrouvée saine et sauve quinze jours plus tard. mais pour le juge De Prat, l’enquête ne fait que commencer et ce qu’il va découvrir va lui faire perdre le peu de foi qu’il avait encore en l’humanité..

 

Mon avis :

 

Nous sommes en 1912 en Espagne, à Barcelone… Pour les plus pauvres, c’est la misère et les enfants cherchent souvent de la nourriture dans les rues. La petite Terésita rêve devant la devanture d’une boutique lorsqu’une personne s’approche d’elle et l’enlève ! Ses parents sont effondrés et la disparition fait la une des journaux car ce n’est pas le premier enfant qui disparaît… Mais grâce à une femme qui remarque le visage d’une petite fille derrière une fenêtre, Terésita est retrouvée chez une femme étrange, Enriqueta Marti.

Enriqueta Marti alias la vampire de Barcelone a été rendue célèbre en Espagne après s’être servie d’enfants pour commettre ses crimes. Arrêtée pour avoir séquestré et assassiné des enfants, elle était connue pour mener une double vie la nuit en créant des potions à base de sang de ses petites victimes, qu’elle vendait ensuite aux dépravés issus de la bonne société de Barcelone. L’album est parsemé de témoignages d’époque, de coupures de presse, d’illustrations.

Un récit captivant et fascinant que l’on dévore du début à la fin ! Les amateurs du genre trouveront leur bonheur en découvrant cette pépite.

A découvrir!