Archives de la catégorie ‘Uncategorized’

9782035942159-001-t

Résumé :

200 pages de jeux, 50 pages de solutions pour un livre très riche.

Jeux variés : énigmes, points à relier, grilles de mots cachés, jeux d’observation et de mémoire, coloriages… Les jeux sont tous très différents, chaque enfant y trouvera son bonheur.

Les univers préférés des enfants : espace, conte de fées, pirates, transports, monstres, animaux…

Format poche souple, agréable à manipuler

Mon avis :

Voici un très gros livre de jeux qui promet zéro ennui à tous les enfants durant les prochaines vacances d’été !

A l’intérieur de ce livre de jeux, vous allez retrouver des jeux et activités très variés : énigmes, points à relier, grilles de mots cachés, jeux d’observation et de mémoire, coloriages, … C’est vraiment très complet et très variés, il y en a forcément pour tous les goûts et chaque enfant y trouvera très certainement son bonheur.

Ce livre de jeux est très plaisant et agréable et je pense que les enfants apprécieront l’univers qui s’offre à eux ici. Filles ou garçons, tout le monde trouvera sa place car on retrouve des univers différents : espace, conte de fées, pirates, transports, monstres, animaux, … A la fin vous trouverez également toutes les solutions des jeux sur une cinquantaine de pages.

Je vous conseille ce chouette livre de jeux qui sera un véritable allié durant les vacances ou les journées pluvieuses !

Publicités

Système d’Agnès Michaux

Publié: décembre 7, 2017 dans Uncategorized

cvt_systeme_3031

Résumé :

Pour Marisa et Paul Dumézil, le passé est irrémédiable, le présent difficile, quant au futur… Il se présente à eux le jour où l’homme qui avait été condamné pour le meurtre, trente ans plus tôt, de leur mère Éva sort de prison. Tandis que cette vieille histoire avec laquelle ils s’étaient construits malgré eux ressurgit parce que la justice des hommes a atteint sa limite de temps, les enfants d’Éva se demandent ce qu’ils sont devenus. Et que vont-ils devenir à présent que l’assassin de leur mère a payé pour ce crime ? Plusieurs options s’offrent à eux. Tandis que Paul semble prêt à passer à l’acte, Marisa pourrait bien préférer basculer dans la folie. Dans cette histoire, il y a de l’amour, des fantômes, un frère, une sœur et un détective privé.

Dans cette histoire, il y a la France, l’Indochine, l’Afrique, le Nil, la chaleur et la pluie, Djibouti, l’aventure. Dans cette histoire, il y a les enfants d’Éva et nous tous, qui voulons mener notre vie, malgré le « système » et ses défaillances…

Mon avis :

Un frère, une sœur : Paul Dumézil et Marisa. Des inséparables, une forte relation due certainement à leur tragique passé. En effet, leur mère Eva, a été tuée alors qu’elle était tranquillement, nue, au bord de la piscine.

« Système » m’a plu pour son originalité et sa singularité, il explore ce qu’on a en nous et fait écho à nos péripéties offertes par la vie.
« Système » est percutant, mystérieux et poétique. Ode à la liberté, à la découverte des sens, humanités enfouies, perdues et déshumanisées. C’est un mélange inextricable de tout et de rien ; où les étoiles et la terre se rejoignent pour révéler la véritable nature, où l’Homme démêle et emmêle les liens de la société.
Intrigué et séduit par ce titre incroyable « Système », j’ai été littéralement et littérairement transporté par ce roman vertigineux et impitoyable. De l’ouverture, glaçante, aux derniers mots, tout transporte, questionne, surprend, initie et illumine. Une merveilleuse découverte !

51czdey4ijl-_sx195_

Résumé :

Paris, de nos jours, dans la torpeur de l’été. Les sens sont en éveil, les corps exultent. Robinson connait la crise. Celle de son entreprise, celle de son couple. Son vidéo club est en perte de vitesse et sa petite amie le quitte. Il trompe l’ennui avec la gironde Amandine et c’est un fiasco. Son vieux père débarque après une énième scène avec sa femme, sa soeur s’inquiète de la disparition de son ado, Gaspard, qui aurait une maîtresse plus âgée. Or, la voisine de Robinson a disparu elle aussi. Amandine, de son côté, qui craint une ablation des seins, retrouve son amie Charlène de retour du Pérou où elle a laissé son amoureux. Elle est à la recherche de son père biologique. Un patron de vidéo-club… Chronique douce-amère inspirée des nouvellistes américains, L’Inversion de la courbe des sentiments raconte un quotidien urbain où le palpitant est fragilisé. Jean-Philippe Peyraud a l’écriture et le dessin cynique et pétillant. Il est l’auteur des choses de la vie qu’il sait raconter puisqu’il sait observer le monde. Il travaille, malicieux, sensible un dessin a priori léger pour servir mieux encore une histoire romantico-cruelle qui finit bien comme dans les contes. L’humour se dispute au grave, l’intime se conjugue à l’absurde. La vie n’est pas toujours rose, ni l’herbe plus verte ailleurs, et l’on voit rouge parfois. Peyraud sait rendre la thermographie de nos existences d’adultes chahuteurs. L’Inversion de la courbe des sentiments est une fantaisie en couleurs acidulées, une friandise qui pique. C’est le grand manège. Le tourbillon de la vie !

Mon avis :

Robinson quitte en douce, aux aurores, le lit de la voluptueuse Amandine qu’il a rencontré grâce au site pechounkeum.com. Il flâne dans Paris avant de rentrer chez lui. Devant l’immeuble, il trouve Léa, son ex, impatiente de récupérer ses affaires. Un brin décontenancé de tomber nez à nez avec elle et son nouveau petit copain, il lui laisse les clés de l’appart’ et va se boire un café dans le petit troquet d’en face, avant de rejoindre sa boutique de DVD. Là, il retrouve son employé, Mano, qui l’informe qu’un jeune garçon réclamait après lui. Pas le temps d’en savoir plus que débarque son père en proie à une nouvelle crise conjugale et foutu à la porte par sa femme. Robinson n’est pas au bout de ses surprises, notamment lorsqu’il apprendra que son neveu a disparu…
Relations familiales, amitiés, plan cul sur internet, crise de l’emploi, amour…tout y est ! Cette bande dessinée pourrait être complètement foutraque et pourtant, il y a une vraie cohérence dans cet ensemble de situation toutes plus réalistes les unes que les autres. Toutes les générations sont présentes dans cet album et chacun pourra s’identifier je pense à un des personnages. Le scénario est bien construit, ce qui permet à toutes les histoires de s’imbriquer sans perdre le lecteur.

Les dessins sont soignés – traits fins, nets et harmonieux, couleurs douces. Jean-Philippe Peyraud livre ici une histoire très contemporaine où chacun pourra se retrouver. A découvrir !

51s22bk2foel-_sx195_

Résumé :

Petit fantôme fête aujourd hui ses 1000 ans. C’est un grand jour et il est temps pour lui de trouver sa propre maison à hanter.
En route à la recherche de son propre foyer, il trouvera d’abord une toute petite et mignonne maison d’oiseaux et ensuite un vieux bateau sous l’eau, mais aucun de ces endroits ne lui convient. Mais quand il trouve enfin une maison dont la fenêtre est restée ouverte, il est découvert par Nathan, un petit garçon qui n’a pas du tout peur de lui. Nathan va tenter de lui apprendre à être effrayant, et il aura même une idée sur la maison que le petit fantôme pourrait aller hanter…

Mon avis :

Voici un album super mignon sur le thème des fantômes. Déjà, parce que petit fantôme, il faut le dire, n’est pas un fantôme bien effrayant. Sur la couverture, il brille même dans le noir pour rassurer les enfants. Il est mignon, et pour un fantôme, il prend vite peur.

Les illustrations de Florian Pigé sont très jolies, sur fond noir simple. Cela permet de bien identifier chaque personnage et décor. Morgane de Cadier sait rendre ce petit fantôme touchant, tel que Casper. C’est un gentil fantôme qui ne fait pas peur. Il se lie d’amitié avec un jeune garçon qui tente de le transformer en fantôme terrifiant. Il y a peu de texte, mais c’est suffisant pour entrer dans l’histoire.
La fin peut être vue de façon humoristique. Personnellement, elle montre qu’ils sont encore des enfants.
Cet album est efficace. J’ai passé un bon moment de lecture. La simplicité des illustrations et la douceur du fantôme sauront charmer les enfants. A découvrir !

Le vrai voleur de William Steig

Publié: décembre 4, 2017 dans Uncategorized

 

9ypnfccb2rougg7tvcw-cimtgce313x450

Résumé :

Gardien en chef du Trésor Royal, Gauvain l’oie est le seul à détenir les clefs de la chambre forte du Palais de son Altesse l’ours Basil. Or, stupeur ! Le nombre de rubis diminue de jour en jour. Pire : le très précieux diamant « Kalikak » disparaît. Les soupçons pèsent sur l’honorable, l’irréprochable Gauvain.

Mon avis :

Gauvain l’oie est responsable du Trésor Royal et lui seul a la clé. Mais voici que des rubis disparaissent chaque jour et que le plus précieux diamant se fait voler ! Gauvain est clairement désigné comme coupable mais est-ce vraiment lui ? Gauvain devra prouver que ce n’est pas lui le responsable et il pourra compter sur l’aide de ses amis…

L’Histoire est basée sur l’injustice… Les illustrations sont très jolies ! L’histoire est bien faite. Le livre se lit très rapidement. Dommage car c’est vraiment bien fait, on en demande encore !

A découvrir sans attendre !

Du même auteur, et dans la même collection, nous pouvons retrouver Dominic et L’île d’Abel.

 

u3kmckhznxxn5p13rztvuagc0mq313x450vh8zxaobfyehecs5jqsmc8bopl8

 

cvt_48-heures-pour-mourir_2918

Résumé :

Le téléphone sonne. Une voix étrange vous soumet une énigme. Vous avez 48 heures pour la résoudre. Sinon…

Une femme morte est retrouvée près du grand orgue de la cathédrale de Munich. Un crime pour le moins singulier : on lui a fait ingurgiter deux litres d’encre noire…

Sabine Nemez, jeune commissaire de police, est bien malgré elle mêlée à l’affaire : la victime n’est autre que sa mère, énième victime d’un inconnu qui enlève des femmes, les torture et les achève au bout de 48 heures si l’énigme qu’il a soumise à un proche n’a pas été résolue.

L’enquête est confiée à Maarten S. Sneijder, un expert du BKA, l’Office fédéral de police criminelle. Sabine parviendra-t-elle à convaincre cet homme aussi talentueux qu’irascible qu’un recueil de contes pour enfants sert de modèle au criminel ?

Au même moment, une psychologue viennoise ayant reçu un macabre colis suivi d’un coup de téléphone comprend qu’elle dispose de deux jours pour sauver une vie…

« Un scénario ultra efficace, des personnages fouillés et des rebondissements à foison… »
Sebastian Fitzek

 

Mon avis :

Un tueur enlève ses victimes et prévient un proche qu’il a 48 heures pour la sauver. Bien entendu la police ne doit pas être mise au courant.
Sabine Nemez, inspectrice de la police judiciaire à Munich va être confrontée malgré elle à ce tueur quand son père va venir la voir, désespéré, pour lui dire qu’il a reçu le terrible coup de fil 48 heures auparavant et qu’il a reçu un encrier.
Elle n’aura pas le temps de se retourner qu’on la prévient qu’une femme a été trouvée dans une église, morte. C’est avec un mauvais pressentiment que Sabine se rend là bas pour découvrir le cadavre de sa mère, étrangement « noyée » avec de l’encre noire…
Sabine veut à tout prix trouver celui a fait ça, comme n’importe qui à sa place voudrait le faire.
Sabine va devoir faire avec sa hiérarchie (qui ne veut pas trop qu’elle s’implique vu que sa mère est une victime), et aussi avec un drôle d’agent du BKA, Marteen S. Sneijder, un profiler doué dans son métier.

L’histoire est intéressante et prenante du début à la fin. le fait d’avoir plusieurs points de vue crée une vraie dynamique et on a l’impression d’être partout à la fois !
L’auteur prend le temps d’approfondir les situations et joue avec ses personnages pour notre plus grand plaisir. Si on sent que l’auteur tient les ficelles, on se prend aussi au jeu de vouloir découvrir la vérité… Une vérité que je n’avais pas entièrement devinée, c’est donc une bonne chose.
Le lecteur peut découvrir par lui-même certaines révélations mais Andreas Gruber réserve des surprises tout au long du livre.

Les idées sont originales, je n’avais encore jamais lu un roman comme celui-là. Si j’ai déjà lu des livres traitant de tueurs en séries, celui-là m’a vraiment plu et je ne m’attendais pas à ce retournement de situation qui a lieu presque à la fin de l’histoire. Un cauchemar éveillé, un thriller implacable. Une vraie réussite.

Nouvelle Sparte d’Erik L’Homme

Publié: novembre 27, 2017 dans Uncategorized

 

51uixjmypkl-_sx195_

Résumé :

Deux siècles après les grands bouleversements qui ont balayé le monde d’avant, Nouvelle-Sparte vit en paix au bord du lac Baïkal. Valère et Alexia, seize ans, se préparent à devenir pilotes d’élite quand une série d’attentats sème le chaos dans la cité. Qui se câche derrière ces lâches attaques ? Les fanatiques du Darislam ? Les patriciens corrompus de Paradise ? Valère est chargé par le Directoire de mener l’enquête. Une mission périlleuse qui va le plonger dans les sombres entrailles de l’Occidie et faire voler son univers en éclats…

 

Mon avis :

Les attentats menacent la Nouvelle Sparte. Ce pays petit et peu peuplé doit sa survie à sa force militaire et à l’engagement de ses membres. Tous reçoivent un logement et des biens en fonction de leurs besoins et des responsabilités selon leurs compétences.
Valère voit arriver le temps de l’épreuve du passage à l’état de citoyen à part entière, avec envie et peur. Il désire avant tout se lier avec Alexia son amour de toujours et faire oublier l’appartenance de sa mère à un autre peuple.
Mais le destin en décide autrement et le jeune homme est envoyé chez son oncle en Occidie, une société qui repose sur l’inégalité et l’argent…

Un excellent roman où l’on retrouve la belle plume de l’auteur. Erik L’Homme nous livre ici une formidable réflexion sur la quête de soi, sur le-rapport-aux-autres et sur la-marche-du-monde.

Ici on est donc dans une société futuriste mais où l’on retrouve l’éducation et les dieux de la Grèce antique et de Sparte. Valère est un jeune homme courageux qui a perdu son père très tôt. La solitude de sa mère le préoccupe mais il doiten même temps se préoccuper des épreuves et de la fille qu’il aime. La politique et les intrigues vont le jeter dans une aventure non désirée mais qui lui permettra de trouver sa voie…

Des personnages attachants, un décor enchanteur futuriste et ancien à la fois ! Un très beau roman qui navigue entre amour, espionnage et politique !!

Dark Net de Benjamin Percy

Publié: novembre 23, 2017 dans Uncategorized

 

51fwlmo1m3l-_sx195_

Résumé :

Fermez toutes vos fenêtres !
Le Dark Net, vous connaissez ? Sous les fondations du réseau, un second Internet prospère : un eldorado sulfureux où rien n’est impossible et où on trouve de tout – drogues, armes à feu, instructions terroristes, etc.
Mais aujourd’hui, les forces obscures s’assemblent dans ces profondeurs. Des démons qui menacent d’envahir notre mon physique en « hackant » les esprit des utilisateurs pour les transformer en tueurs psychotiques.
Pour les arrêter, quatre personnages que rien ne destinait à se rencontrer : Hannah, une jeune aveugle de 12 ans ayant récemment recouvré la vue (mais pas seulement) grâce à une prothèse futuriste ; Mike Juniper, un ancien évangéliste qui combat ses propres démons et veille, dans le sous-sol de son refuge pour sans-abri, sur un impressionnant arsenal d’armes à feu ; Derek, un hacker aux allures d’Anonymous qui entend faire régner la justice au sein du réseau ; et Lela, une journaliste technophobe persuadée d’être tombée sur une histoire que personne ne veut entendre.
Bientôt, les portes de l’enfer vont s’ouvrir. Sont-ils prêts ?

 

Résumé :

Dark Net est un techno-thriller haletant sans aucun répit du début à la fin, l’action est présente non stop et le lecteur ne peut pas s’ennuyer avec cette écriture nerveuse.

Les démons sont partout, le mal est partout, mais aujourd’hui, ils sont aussi derrière vos écrans, ils pénètrent dans vos têtes, ils investissent votre corps. Un roman fou qui met en scène des personnages mystérieux mais tellement vrais à la fois, des héros hors norme. Des chemins qui se sont croisés de façon fantastique et improbable et qui par conséquent se retrouvent liés par une raison qui parait assez inexplicable, mais n’est-ce pas le propre des relations humaines, entre les êtres en général…

Dark net est un divertissement plaisant (si on peut utiliser un tel mot avec un sujet pareil), plutôt bien écrit, même si j’ai trouvé certaines tournures de phrases assez étranges (auteur ? Traducteur ?). La tension est palpable, mais on est bien loin des références du genre qui savent instiller la terreur par les mots. Et la manière de traiter le sujet m’aura davantage frustré que fait frissonné.

Je me suis attaché à tous les personnages sans exception, (du côté des gentils bien évidemment), ils donnent une force et un rythme survolté au roman. Une histoire endiablée rondement menée, qui va ravir tous les fans du genre. Un thriller agrémenté d’une dose de surnaturel qui nous donne une histoire plutôt fantastique où des héros pas ordinaires vont s’unir pour sauver la planète.

cvt_internet-en-toute-securite_7893

Résumé:

Alors qu’Internet et les nouvelles technologies de communication font de plus en plus partie du quotidien des enfants, il est essentiel de sensibiliser les jeunes utilisateurs à la nécessité de suivre quelques précautions pour naviguer en sécurité. Cet ouvrage à l’intention des enfants et de leurs parents réunit des conseils sur les règles à respecter pour une bonne utilisation d’Internet. Tout comme le monde réel, le monde des nouvelles technologies peut présenter des dangers pour les enfants. En sachant comment reconnaître et éviter le cyber-harcèlement, les trolls, les tentatives de fraude et comment obtenir de l’aide, les enfants sauront mieux se protéger. Pour informer les enfants sans leur faire peur et sans les dissuader d’utiliser Internet.

Mon avis :

Ce livret m’a appris beaucoup de choses sur les dangers et les conséquences de ce qu’on peut dire ou faire sur internet. Je savais déjà certaines choses, mais cela m’a permis d’approfondir sur le sujet. Les conseils que le livre m’a donnés sont astucieux et sensés. Le livre indique que de nombreux sites expliquent comment se protéger sur internet et être aidé si besoin.

Ce livre se centre sur les réseaux sociaux, en nous présentant leur histoire, leurs particularités de fonctionnement, l’origine de leur nom, la législation qui les entoure et les précautions à prendre. On pense à Facebook surtout, mais il y en a aussi Twitter, Pinterest, Instagram, Snapchat, YouTube, et encore tant d’autres qui sont apparus depuis la parution de ce guide, ou qui ne sont pas mentionnés

A l’intérieur, des pages avec des dessins en noir et blanc, des paragraphes, des tableaux, des quiz pour savoir utiliser et se prémunir sur Internet. J’ai trouvé que sa mise en page était très actuelle et très sympa : des minis BD, des smileys, des petits monstres, des bulles … J’ai aussi apprécié que les illustrations de fond et sur certains coins de pages le thème  » internet  » soit respecté.

Merci à Usborne pour ce livre plein de bon conseils.

Dakota Song d’Ariane Bois

Publié: novembre 21, 2017 dans Uncategorized

9782714475411

Résumé :

New York, 1970. Shawn Pepperdine, jeune de Harlem, assiste, horrifié, au meurtre de son meilleur ami. Pour échapper aux assassins, il trouve refuge dans les sous-sols du Dakota, l’immeuble le plus mythique de Manhattan.

Au coeur d’une ville en pleine ébullition, le Dakota reste, lui, immuable : un club très fermé, un château médiéval sur Central Park, un havre de paix des  » rich and famous « . S’y côtoient Lauren Bacall, Leonard Bernstein et Rudolf Noureev. Ici, Polanski tournera les images du film Rosemary’s Baby.

Devenu le premier portier noir du Dakota, Shawn côtoie ses résidents : Nigel, Abigail, Nathan, Cherie, Becky, Andrew, Tyler et les autres.

Quand la plus grande star du monde, John Lennon, emménage à son tour, l’immeuble et sa communauté s’enflamment…

Dakota Song est le portrait survolté d’une Amérique en pleine révolution artistique, intellectuelle et sexuelle, celle de la Beatlemania et du disco, du Studio 54 de Warhol et du Chelsea Hotel, du scandale du Watergate et d’une décennie de violences.

Mon avis :

Un bien étonnant roman à tiroirs qui pour le plus grand plaisir du lecteur va présenter une chronique new-yorkaise par le biais de la petite histoire.

On est en 1970 , à New-York et Shawn , jeune black habitant le quartier d’Harlem doit échapper au gang qui a tué devant lui, son meilleur ami . Il trouvera refuge au Dakota , à Manhattan, (immeuble qui deviendra mythique ); son oncle y dirige « quarante-neuf membres du personnel, de jour et de nuit, pour quatre-vingt-treize appartements. Des liftiers, des portiers, des factotums, un type dans chaque ascenseur, des concierges, un préposé au courrier… » . Shawn deviendra le premier black à y travailler.

Un chapitre par personnage au fil des années, beaucoup d’anecdotes, le tout suffisamment romancé pour rendre agréable la lecture.
Même si l’on reste dans la superficialité des choses, on ne peut qu’être ébloui par cette époque qui a cumulé un nombre incroyable d’artistes passés à la postérité et dont la grande créativité nous a laissé des chefs d’œuvres.
La décennie se termine par l’apparition du SIDA et on comprend bien qu’un certain âge d’or disparaît.

J’ai beaucoup aimé ce livre auquel j’ai trouvé beaucoup de charme, de sensibilité pour relater les vies réelles et fictives des habitants de l’immeuble Dakota à New York.