cvt_orcs-et-gobelins-tome-2-myth-le-voleur_1595

Résumé :

Il n’y a pas pire ennemi qu’un vieil orc qui a tout perdu. Après trente années d’emprisonnement et de tortures, Gri’im est enfin libre. Autrefois, seigneur de guerre, il n’est plus qu’un vieil Orc brisé, brûlant de se venger. Mais, traqué comme une bête, blessé, il cherche refuge auprès d’une caravane d’humains qui se rend à Aspen. Depuis la guerre des Goules, la cité est censée être déserte, mais un prédateur aussi ancien que redouté, éveillé par la magie de l’elfe bleue Lanawyn, rôde…

 

Mon avis :

Gri’im est un Orc d’un fort beau gabarit ma foi, comme bon nombre de ses congénères.
Seulement voilà, la fatigue commence à se faire sentir après trente longues années de captivité et presque autant de torture.

Gri’im, vieux guerrier abandonné par son maître, revient se venger après 30 ans de captivité.
Il croise la route d’une expédition humaine et fait malgré lui un bout de chemin avec eux.
S’ils voient en l’orc une menace, ce n’est rien comparé à ce qui vit plus au nord…

Une intrigue bien construite et complète qui joue sur plusieurs tableaux. A la fois celle des humains venu reconquérir Aspen et ses richesses et qui cachent dans leur rang quelques traitres seulement intéressé par ce qui brille. A la fois sur Gri’im qui révèle par flashbacks son passé aux mains d’un terrible sorcier dont il aimerait bien se venger. Malgré tout cela tient bien dans le format en un seul tome, qui comporte quand même pour se faire 62 pages.
Au niveau dessin c’est pas mal, je trouve cela réussi ! Le niveau de détail est très précis, soigné, propre. C’est encore une fois, une très bonne BD dans le monde des Orcs. Hâte de découvrir d’autres orcs !

Publicités

51-btb6cjgl-_sx195_

Résumé :

Orage est un petit seigneur des ténèbres. Comme son père et son grand-père avant lui, son destin est tout tracé : il devra un jour enlever une princesse et perdre le combat contre le chevalier qui viendra la sauver. Tout ceci ennuie déjà beaucoup Orage, et plus encore les leçons interminables qu’il reçoit pour devenir un vrai méchant !

Son idée ? Enlever la princesse immédiatement pour être débarrassé et faire enfin ce qui lui plait !

 

Mon avis :
La maman d’Orage lui raconte tous les soirs la même histoire : celle du seigneur des ténèbres qui enlève la princesse. Elle se fait ensuite sauver par le prince charmant, qui bat le seigneur des ténèbres, et le couple vit heureux et a beaucoup d’enfants. Ce récit est important, car Orage est le fils d’un seigneur des ténèbres et devra un jour répéter ce schéma narratif, comme la tradition l’exige. Il suit des cours et s’entraîne dur pour être un bon seigneur du mal. Seulement voilà, Orage se pose beaucoup de questions et ne souhaite pas enlever une princesse, et surtout pas perdre d’office contre le prince. Il voudrait pouvoir choisir ce qu’il fait de sa vie et non suivre ce chemin tout tracé pour lui. Il décide donc de se débarrasser de sa « corvée » en allant kidnapper la princesse tout de suite. Un acte qui va entraîner une grande pagaille et qui va révéler un des plus grands secrets du royaume !

C’est un livre très drôle et les personnages sont attachants ! Les chapitres courts et les illustrations crayonnées permettent aux enfants les plus récalcitrants à la lecture de s’y plonger sans soucis ! Un livre qui est remplit de bonne humeur et qui fait réfléchir, magnifiquement et très mignonnement illustré par la talentueuse Carine M !

 

51ur9tinaml-_sx195_

 

Résumé :

Plus jamais depuis la rébellion sanglante qui avait fait d’elles des femmes libres, plus jamais les amazones ne se soumettraient, elles l’avaient juré. Mais quand leur jeune reine, Penthésilée, défie le demi-dieu Achille, leur rencontre remet en cause ce qui ne l’avait jamais été : la haine des hommes, héritée de leurs aînées… Christian Rossi et Géraldine Bindi s’emparent du mythes des amazones pour en faire le récit épique d’une guerre des sexes qui espère sa fin.

 

Mon avis :

Cette BD est une vraie plongée au coeur du peuple des amazones. Bien sur tout le monde connaît grosso modo le mythe mais nous avons entre les mains toutes les explications et les détails de cette communauté très particulière.
Au fil des pages on apprend à connaître quelques personnages, comment la vie entre elles fonctionnent, on partage leurs joies et leurs difficultés. On nous parle aussi de la condition de la femme et des relations homme-femme, mais aussi la place de chacun et l’équilibre dans la communauté. Néanmoins, ce sont des sujets évoqués tous les jours pour nous.

Le scénario aurait pu tomber dans les clichés du féminisme bas du front qui nous submerge depuis quelque temps. Au contraire, le propos est intelligent et sensé. La société matriarcale des Amazones est loin d’être idyllique, elle est aussi cruelle et tyrannique que celle des hommes, sinon davantage ; la prétendue libération acquise par ces femmes débouche moins sur le bonheur et l’épanouissement personnel que sur la frustration et le chagrin.

Les dessins sont assez extraordinaires. Les traits sont fins et les visages très expressifs. Ils nous offrent de beaux portraits mais aussi de beaux paysages de forêt, avec des traits élégants et des choix de couleur réussi, une teinte marron  déclinée en d’infinies nuances.  C’est un ouvrage que je conseille à tous les fans de BD !

cvt_walking-dead-negan_4503

Résumé :

Un homme vit une vie quasiment sans histoire. Il est marié, travaille comme tout le monde, sans se poser plus de questions que cela… Jusqu’au jour où tout bascule. Sa femme, Lucille, est emportée par un cancer au moment où le monde devient fou. Un monde où les morts reviennent à la vie et ne désirent qu’une chose : dévorer les vivants. Toute son existence est anéanti en l’espace de quelques jours et Negan, fou de douleur, va choisir de survivre. À n’importe quel prix…

Mon avis :

Dans l’univers de Walking Dead, Negan s’est imposé comme un personnage particulièrement marquant. Ce tome retrace l’histoire de Negan depuis sa vie avant l’épidémie, jusqu’à ce qu’il devienne le chef incontesté des Sauveurs.

Mélange constant de répulsion et de séduction, Negan fait partie de ces méchants qui finissent par éclipser le “héros” de l’histoire.
Au fil de la série, son ambiguïté s’est de plus en plus affirmée. Le ramener à un psychopathe paraît réducteur, surtout au vu de ces dernières actions. Pour le comprendre, il faudrait en savoir plus sur ses origines. Ce livre nous éclaire sur ses origines. Le lecteur est donc aux anges et il peut apprécier le spectacle, en sachant très bien comment se termine cette phase de la vie de Negan.

J’ai été surpris de découvrir que Negan trompe sa femme… Néanmoins, cette dernière aura la malchance d’être foudroyer par un cancer, il va se comporter comme le plus adorable des conjoints, rester à ses côtés jusqu’à la fin. C’est la qui découvre la transformation en zombie de sa femme.

Il ne s’agit pas d’une coïncidence si Negan se trouve dans un hôpital quand l’épidémie survient, comme Rick a repris connaissance dans un hôpital, lors du tout premier épisode la série mensuelle. Le fait que les convictions de Negan et sa psychologie sont façonnées par son rapport avec ses êtres chers constitue également une situation miroir de celle de Rick Grimes. En prime, le lecteur retrouve le charisme hors échelle de Negan, et ce bien avant la séquence de fin où il prend la tête des Sauveurs. C’est un hors-série intéressant, mais pas indispensable pour comprendre l’histoire principal de Walking Dead.

Féroce de Danielle Thiéry

Publié: juin 6, 2018 dans Uncategorized

51ombufsfql-_sx195_

Résumé :

Une enquête du commissaire Edwige Marion.
Un inconnu suit une petite fille. Il l’observe comme un animal. Il la veut, il l’aura.
Des ossements sans têtes sont découverts au zoo de Vincennes dans l’enclos des lions. Des enfants. Alix de Clavery, la criminologue de l’OCRVP, fait immédiatement le lien avec la jeune Swan, dont la disparition au zoo de Thoiry six ans auparavant continue à l’obséder. S’agit-il du même prédateur ? Alors que les forces de l’Office sont mobilisées pour démanteler une filière pédophile, les voilà atteintes en plein coeur : l’adjoint de la commissaire Marion est retrouvé inconscient, les mains en sang, et une brigadière a disparu. Mais le pire est encore à venir. Une alerte enlèvement est déclenchée : il s’agit d’une petite fille…
De l’homme ou l’animal, on ne sait qui est le plus féroce.

 

Mon avis :

La couverture (image, titre) déjà m’avait mis l’eau à la bouche car elle est sublime mais après lecture, elle illustre à merveille le roman : il sera question de lions et plus précisément des lieux où la plupart des hommes viennent les contempler, et il sera question d’un point commun entre l’homme et le roi des animaux, la férocité. Celle de l’homme dans ce roman va se entrer sur la cruauté à l’égard d’enfants. Dès le premier chapitre, le thème est donné, souvent casse-gueule : la pédopornographie, de plus en plus prospère grâce à internet. Autre enquête, celle autour des corps retrouvés dans l’ancien enclos à lions du zoo de Vincennes et dont l’un sans nul doute appartient à un jeune enfant.

Ce roman permet de retrouver l’équipe de flics chère à l’écrivaine, puisque cette enquête se place dans la lignée de celles menées par la commissaire Edwige Marion. Même si elle n’est pas tout à fait prête à passer le flambeau, elle se trouve plutôt en retrait pour laisser la lumière à d’autres, dont Alix de Clavery, jeune psycho criminologue.
Personnages récurrents ne veut pas dire qu’il faut hésiter à prendre le train en marche, je suis convaincu que ce roman peut se lire individuellement. Il en a la force et le mordant.
Un roman haletant, additif et prenant. Nous faisons face à une véritable course poursuite contre le temps. Les actions s’enchaînent les unes après les autres, sans temps mort, ce qui donne un rythme effréné à toute l’histoire. C’est simple : vous serez littéralement plongé au coeur de l’enquête et n’arriverez plus à vous en défaire… avant d’avoir découvert le fin mot de l’histoire !

Féroce est un formidable roman, dense et captivant. C’est un pavé de 540 pages qui se dévore : Féroce est une majestueuse réussite, à l’image de l’animal de la couverture. Il n’y a pas que les fauves qui sont en cage, Danielle Thiéry nous tient entre ses griffes du début à la fin sans jamais lâcher prise. Un polar, un thriller oppressant et cruellement réaliste.

51delavhr8l-_sx195_cvt_clairefontaine-lecole-des-bleus-la-rentree_7627

Tome 01 : La rentrée

Tome 02 : Le choc

 

Résumé :

 

La série officielle de la Fédération Française de Football : des histoires authentiques pour découvrir le quotidien des élèves de L’institut National du Football de Clairefontaine.

C’est la rentrée au centre de Clairefontaine.

Les pensionnaires sont dans leurs petits souliers… Surtout Désiré, qui ne connaît personne et a du mal à s’acclimater à son nouvel environnement. Après un match amical, dont il s’attribue la défaite de son équipe, il se met sérieusement à douter de ses capacités. Désiré est tout près d’abandonner. Son amitié naissante avec Mathis, pour qui il prend parti dans un conflit sur le terrain, saura-t-elle lui redonner confiance ?

L’entraînement avait bien commencé : un match entre élèves de première année du pôle Espoirs de Clairefontaine. Sous le regard bienveillant du coach, chacun cherche à se dépasser.

Et soudain, le choc ! Un tacle trop énergique de Pablo blesse Nolan. Ce dernier va devoir faire preuve de patience avant de pouvoir rejouer.

Pas facile quand son seul rêve est d’être sur le terrain…

 

Mon avis :

Sponsorisée par la Fédération Française de Football, Clairefontaine, l’école des bleus, est une série de courts romans, signés Fabrice Colin, qui plonge le lecteur dans la vie du centre de formation de Rambouillet. On suit notamment le parcours de sept jeunes joueurs de 13 ans qui effectuent leurs premiers pas au centre.

Les enfants vont vibrez au rythme des entrainements, des buts, des rebondissements, d’une histoire d’amitié et d’amour pour ce sport… la plume de Colin qui surprendra les jeunes lecteurs qui pensaient lire une histoire de foot, bien que c’est le sujet il creuse ici une belle histoire qu’il développe sur ses deux tomes.
Des romans très bien faits et bien écrits pour tous les fans de football ! Les illustrations sont expressives et pleines de couleurs ! Un livre indispensable pour les enfants qui aiment le football !

 

61wzcv9-apl-_sx195_

Résumé :

Un joli album illustré pour apprendre à compter jusqu’à 100 en s’amusant.

À chaque chiffre correspond une image pour aider les enfants à compter de 1 à 10 dans un premier temps, puis de 10 en 10 jusqu’à 100.

Mon avis :

Au fil des pages, l’enfant apprend à compter grâce à de belles illustrations. De plus, il y a des petites questions sur chaque page, j’ai trouvé ça plutôt sympa car ça les apprends à résoudre des opérations mais en s’amusant. Ils ne se rendent même pas compte de l’exercice au final.

Ce que j’ai trouvé chou également, c’est que sur la première page, nous voyons une petite fille accompagnée d’une petite souris qui aide l’enfant à s’intégrer dans « l’histoire » du livre. On retrouve la petite souris cachée quelque part dans chaque page. Et ce livre ne permet pas seulement à l’enfant d’apprendre à compter, il permet également d’apprendre les couleurs et de savoir reconnaitre un objet, un animal ect…

Le plus de ce livre, pour moi, c’est qu’il intègre l’apprentissage d’une grande tranche d’âge. Je dirais, de l’entrée en maternelle jusqu’au CP voire CE1.
Et puis, ce livre est riche en couleurs ! Le livre est plutôt grand. Les pages sont plutôt rigides, ce qui permet à l’enfant – pas souvent très délicat – de tourner les pages aisément sans les abîmer. Bref, je le conseille aux parents et aux enfants qui aiment les livres d’apprentissage.

cvt_le-trone-des-etoiles_9159

Résumé :

Seule survivante de sa dynastie, Rhiannon a passé son enfance à s’entraîner dans le but de venger sa famille assassinée. Mais la veille de son couronnement, elle échappe de justesse à une tentative de régicide et doit se cacher. Cependant aux yeux du monde, la princesse est morte. Le jeune Alyosha, star d’un programme de DroneVision, est accusé de son meurtre et recherché dans tout l’empire.

Bien qu’ils ne se connaissent pas, leurs destins sont désormais liés. Tous deux sont décidés à faire éclater la vérité, malgré les complots et les menaces de guerre qui pèsent sur la galaxie

 

Mon avis :

Nous suivons l’histoire de, jeune fille de quinze ans et future impératrice de la Galaxie. Depuis la mort de sa famille, elle ne vise qu’un seul but : se venger de celui qui a orchestré tout cela, Séotra, le régent de la Galaxie, en attendant qu’elle soit couronnée. Pourtant, la veille de son couronnement, elle se fait attaquer, et échappe de peu à la mort : Séotra est derrière tout ça et Rhi compte bien le prouver et retrouver son trône. En attendant, le jeune Alyosha, star d’une émission intergalactique, se voit piéger et accuser du meurtre de la princesse disparue. Chacun va alors devoir tout faire pour survivre et révéler la vérité.

La narration est dynamisée par une alternance des chapitres autour de la princesse héritière Rhi et du jeune soldat accusé de son meurtre, Aly. Suspens et rebondissements sont au rendez-vous à chaque chapitre si bien qu’on ne peut que poursuivre la lecture pour savoir ce qui leur arrive.

Comme le titre l’indique, nos héros sont en fuite, en perpétuel mouvement. Recherché dans toute la galaxie, ils doivent faire éclater la vérité pour sauver leurs vies et celles d’innombrables innocents, menacées par une guerre imminente. L’héritière Ta’an doit monter sur le trône au plus vite mais en qui peut-elle encore avoir confiance? J’avoue ne pas avoir été surpris par le cliffhanger final mais cela n’enlève rien à mon ressenti très positif sur ce premier tome et mon envie de découvrir la suite des aventures de Rhi, Aly, Kara et Pavel, le droïde qui m’a tellement fait penser à R2-D2. Cette série est à suivre de prés.

 

516zvk2bczal-_sx195_

Résumé :

« On ne vainc aucune montagne, on la gravit avec plus ou moins de brio, et parfois elle se montre accueillante, parfois au contraire elle rappelle tragiquement sa toute-puissance. Il n’y a là aucune cruauté, mais peut-être une représentation de la réalité face à nos croyances, à nos désirs, aux illusions que se forgent les hommes.
La montagne est souveraine, imprévisible, magnifique, inhospitalière, infiniment précieuse, nécessaire, mortelle : elle est tout cela selon qui la regarde. Et les hommes qui l’aiment le savent au prix du deuil. »

Anselme Baud, alpiniste et pionnier du ski extrême, né à Morzine en 1948, a multiplié les exploits et les premières avec comme seule devise «Tout ce qui est blanc se descend ». Professeur à la légendaire ENSA, formant les guides en France, au Népal ou en Bolivie, il a skié sur des sommets mythiques, conduit ses clients à travers tous les continents. Anselme Baud a la montagne dans le sang : son père, Jacques Baud, était l’un des initiateurs d’Avoriaz et son beau-père, James Couttet, champion du monde de descente.
Anselme Baud livre ici le récit de ses plus grandes aventures, ses plus belles rencontres, ses pires frayeurs… Une vie faite de passion et de dangers puisque la montagne lui a pris un fils, fauché par un sérac, beaucoup d’amis aussi. En dépit des épreuves ou des drames, l’envoûtement des sommets enneigés reste intact, comme au premier jour.
Bienvenue aux pays des terres hautes.

 

Mon avis :

Anselme Baud, guide de montagne et professeur à l’Ecole Nationale de Ski et d’Alpinisme, témoigne de sa passion.
En haute montagne, le ski et l’escalade sont périlleux, et l’auteur rencontre souvent la mort : il apprend régulièrement celles d’amis, y échappe de peu lors d’une chute de pierres, et assiste à celle de son fils de 24 ans fauché par un sérac.

L’auteur nous explique pourquoi il s’expose aux dangers de la montagne. Ce lieu et la manière dont il le parcourt ont forgé sa conception de la vie, et lui ont apporté une sagesse qu’il met en avant. A la lecture, je me suis imaginé qu’il est venu s’installer près de moi pour me raconter son amour de la montagne, son parcours de vie et de sportif, la plus grande douleur de sa vie, son admiration pour James Couttet (champion du monde de descente en 1938 à l’âge de 16 ans et son beau-père). J’ai particulièrement été sensible à son engagement auprès des sinistrés de l’avalanche de l’Everest de 2014.

Non initié à l’escalade, quelques passages m’ont paru un peu trop techniques. Mais cet ouvrage est très agréable à livre, à la fois récit d’aventure et exposé d’une philosophie de vie. Un livre qui fait réfléchir…

41px2ienijl-_sx195_

Résumé :

Jeje entre dans une bibliothèque pour la première fois. Il emmène son petit poisson rouge avec lui. Quel incroyable endroit ! Et que de livres !

Mais… où est parti son poisson ? Quoi ? Dans un livre ? La bibliothèque est décidemment un lieu MAGIQUE !

 

Résumé :

Aujourd’hui le grand-père de Jeje l’emmène à bicyclette au milieu d’une grande forêt. Sur le porte bagage, le poisson rouge du petit garçon frétille dans son bocal, attaché à quelques livres. Car tous se rendent à la bibliothèque, endroit où le vieil homme travaille. C’est la première fois que Jeje y entre. Intimidé et fasciné par tous ces rayonnages emplis de livres, il serre son poisson contre son coeur. Ensemble, ils partent à la découverte de ce lieu.

Ce livre a quelque chose d’étonnant et d’innovant. Tout d’abord, les illustrations dans les tons noir et blanc, sont surprenantes, il n’y a que le petit poisson qui est rouge. Le lien  » histoire-illustrations  » qui se complète à la perfection. Les illustrations racontent l’histoire à part entière. J’ai eu besoin de ces dernières pour comprendre l’histoire. L’album aurait pu presque se passer de textes, d’ailleurs c’est ce qu’il fait sur quelques pages. Pour conclure, c’est un album étonnant au concept surprenant à découvrir sans plus attendre pour son originalité.